NOUVELLES
12/03/2013 07:02 EDT | Actualisé 12/05/2013 05:12 EDT

L'armée syrienne prête à se battre des années contre les rebelles (presse)

Le journal al-Watan, proche du pouvoir syrien, a affirmé mardi que l'armée syrienne était prête à se battre "pendant des années" contre les insurgés qui se sont soulevés en mars 2011 contre le régime du président Bachar al-Assad, tout en appelant les citoyens à se mobiliser.

"L'armée syrienne a à sa disposition des hommes et des armes qui suffiraient à faire la guerre pendant des années pour défendre la Syrie", assure le journal, évoquant cependant la possibilité pour tous les Syriens de participer au combat "chacun selon ses capacités".

"L'état de l'armée est parfait, ses soldats et ses officiers livrent depuis deux ans, avec une bravoure et un courage incomparables dans l'histoire du monde, la plus féroce des batailles. Beaucoup d'entre eux ont sacrifié leur vie pour la Syrie et le peuple syrien", écrit le quotidien, citant des sources civiles.

"La Syrie est en état de guerre, en prendre conscience est plus que jamais nécessaire. L'armée accomplit pleinement sa tâche et les citoyens doivent maintenant, chacun selon ses capacités, défendre leurs quartiers et leurs régions comme cela s'est passé à Alep, à Hama et à Homs où les citoyens, hommes et femmes, ont pris les armes et formé des Comités de défense", résume le journal.

La Syrie est en proie aux violences depuis mi-mars 2011. La contestation pacifique contre le régime du président Bachar al-Assad s'est militarisée face à la répression. Le conflit armé opposant les forces du régime à des combattants rebelles a fait plus de 70.000 morts, un millions de réfugiés et des millions de déplacés, selon l'ONU.

Le journal al-Watan mentionne l'appel lancé lundi par le Haut Conseil de l'Iftaa, plus haute autorité religieuse de Syrie, relevant du régime, qui avait affirmé que "la défense de la Syrie unie et du peuple syrien est une obligation dont doivent s'acquitter tous les (citoyens) dans notre pays et tous les pays arabes et islamiques".

Al-Watan juge que le Haut Conseil a voulu ainsi "inciter les gens à s'impliquer dans la défense du territoire et de l'honneur, car la Syrie est en proie aujourd'hui à une véritable invasion des différentes parties: la Turquie du nord, du Liban de l'ouest et la Jordanie du sud".

Les opposants syriens ont estimé de leur côté qu'il s'agissait d'un "appel au secours du régime syrien", selon le Conseil national syrien (CNS), principale composante de l'opposition.

rm/cnp