NOUVELLES
12/03/2013 08:32 EDT | Actualisé 12/05/2013 05:12 EDT

HRW et Amnesty appellent à la libération de deux militants saoudiens

Human Rights Watch et Amnesty International ont appelé dans deux communiqués séparés les autorités saoudiennes à libérer deux militants des droits de l'Homme condamnés à de lourdes peines de prison.

"Les autorités saoudiennes doivent libérer immédiatement (Mohammed) Gahtani et (Abdallah) al-Hamed, annuler les charges qui pèsent contre eux et mettre fin aux procès politiques devant les Cour criminelle spéciale", écrit Human Rights Watch dans un communiqué daté du lundi.

"Les deux militants des droits de l'Homme ont été condamnés pour avoir seulement exercé leur droit à la libre expression et à la libre association et nous les considérons comme des prisonniers de conscience qui doivent être libérés immédiatement et sans condition", a renchéri Amnesty International dans un communiqué publié le même jour.

Un tribunal saoudien a prononcé samedi la dissolution, pour non obtention d'autorisation, de l'Association saoudienne pour les droits civiques et politiques (Acpra) et la saisie de ses avoirs.

Il a aussi condamné les deux animateurs de l'Acpra pour avoir dénoncé sur Twitter des violations des droits de l'Homme dans le royaume ultraconservateur, estimant qu'ils avaient enfreint une loi contre la cybercriminalité.

Le tribunal a confirmé une peine de six ans de prison contre le premier, Abdallah al-Hamed, et y a ajouté une nouvelle peine de cinq ans de détention. Le second, Mohammed Gahtani, a été condamné à dix ans de prison et à une interdiction de voyage de dix ans à sa sortie de prison.

Les deux hommes, qui comparaissaient libres, ont été arrêtés à l'issue du prononcé du verdict.

En juin, M. Gahtani avait expliqué avoir été accusé de "semer la sédition", de "se rebeller contre l'autorité" du roi et de considérer que le pouvoir "instrumentalise la religion".

aa/mh/sw

PLUS:afp