NOUVELLES
12/03/2013 05:35 EDT | Actualisé 12/05/2013 05:12 EDT

Droits de l'Homme: l'Iran rejette les critiques d'un rapporteur de l'ONU

L'Iran a rejeté mardi les critiques d'un rapporteur de l'ONU sur une augmentation apparente de la gravité des violations des droits de l'Homme en 2012, affirmant que le rapport était "biaisé et injuste", selon les médias iraniens.

Le texte, présenté lundi à Genève par le rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits de l'Homme en Iran, Ahmed Shaheed, est "le produit d'une action non-constructive, biaisée et injuste" conduite par "les Etats-Unis et leurs alliés européens", a réagi Mohammad Javad Larijani, chef du Conseil des droits de l'Homme au sein du pouvoir judiciaire iranien, cité par l'agence Fars.

Il a également dénoncé "la politisation et la polarisation de la question des droits de l'Homme au sein des Nations unies" à travers ce rapport.

Le rapport, qui a été soumis au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, dénonce "une augmentation apparente dans le degré et dans la gravité des violations des droits de l'homme", selon M. Shaheed, ancien ministre des Affaires étrangères des Maldives.

Il dénombre "297 exécutions officiellement annoncées par le gouvernement et approximativement 200 +exécutions secrètes+ rapportées par les familles, des responsables des prisons et/ou du système judiciaire, ce qui porte le nombre total des exécutions à entre 489 et 497 en 2012", dont 58 exécutions publiques.

Mohammad Javad Larijani s'en est également pris à M. Shaheed qui a "coopéré activement avec des groupes terroristes connus" impliqués dans la mort de citoyens iraniens selon lui, en faisant référence à l'opposition iranienne en exil des Moudjahidine du peuple.

str/cyj/hj