NOUVELLES
12/03/2013 03:28 EDT | Actualisé 12/05/2013 05:12 EDT

Des employés de Construction DJL disent avoir servi de prête-noms au municipal

MONTRÉAL - Deux employés de Construction DJL, un commissionnaire et une adjointe administrative, sont venus expliquer à la Commission Charbonneau, mardi, qu'ils avaient servi de prête-noms pour financer des partis politiques municipaux à Montréal.

Les deux employés ont fait des dons aux partis Union Montréal et Vision Montréal, à la demande d'un représentant de leur employeur, ont-ils admis. Leur employeur leur avait fait valoir qu'ils bénéficieraient ainsi d'un remboursement d'impôt.

Ces dons par chèque leur ont été remboursés par leur employeur, ont témoigné Claude Duhaime junior et Ghislaine Dujmovic. Le premier touchait à l'époque un salaire de 25 000 $ et la seconde de 35 000 $.

Pourtant, l'un a donné 500 $ à Union Montréal une année, puis 1000 $, puis 600 $, et parfois même sa conjointe aussi.

Les deux ont affirmé au procureur de la commission, Me Simon Tremblay, qu'ils n'en ont pas parlé à leurs collègues, à l'époque. Les deux ont dit qu'aujourd'hui, ils ne le referaient plus, ayant appris que cela contrevenait aux dispositions de la loi.

«Si j'avais eu un problème éthique ou moral, je ne l'aurais pas fait» à l'époque, a admis Mme Dujmovic. «Là (maintenant), je ne le ferais pas, parce qu'on voit que ce n'est pas légal.»

Les deux ont aussi confirmé la distribution de cadeaux de Noël par leur employeur, Construction DJL: bouteilles de vin, certificats cadeaux pour un spa à Saint-Sauveur, trousses pour la voiture, par exemple.

Ces cadeaux étaient offerts non seulement à la Ville de Montréal, mais aussi au ministère des Transports du Québec et même à la Société des ponts Champlain et Jacques-Cartier, a précisé Mme Dujmovic.

Elle a estimé que la moitié de ces cadeaux étaient livrés aux bureaux et l'autre moitié dans des résidences privées.