NOUVELLES
12/03/2013 02:11 EDT | Actualisé 12/05/2013 05:12 EDT

Contrôle des armes: une commission du Sénat approuve un projet de loi

Archives

WASHINGTON - La commission des affaires judiciaires du Sénat américain a approuvé mardi un projet de loi démocrate visant à étendre la vérification des antécédents exigée par le gouvernement à presque toutes les ventes d'armes à feu, une victoire pour le président Barack Obama dans sa lutte pour réduire les incidents violents impliquant des armes.

Le projet a été adopté à 10 voix contre 8, tous les démocrates ayant voté en sa faveur et tous les républicains s'y étant opposés.

Comme prévu, la commission a reporté le vote portant sur un autre projet de loi présenté par la sénatrice démocrate Dianne Feinstein qui interdirait les armes d'assaut et les chargeurs de munitions à haute capacité. La mesure devrait recevoir l'aval de la commission jeudi.

Les leaders de la Chambre des représentants, dominée par les républicains, ont affirmé qu'ils attendraient que la législation soit adoptée par le Sénat avant de réagir. Les représentants républicains ont manifesté peu d'enthousiasme par rapport à l'extension de la vérification des antécédents pour les ventes d'armes.

Cette mesure permettrait d'appliquer la vérification aux transactions privées effectuées entre individus, notamment à l'occasion de foires spécialisées. Actuellement, cette vérification est seulement requise lorsque les armes à feu sont achetées auprès de marchands détenant un permis du gouvernement.

Le sénateur démocrate Charles Schumer a déclaré mardi que ce projet de loi n'était pas parfait, mais qu'il contribuerait certainement à faire baisser la criminalité. Il a dit espérer conclure une entente avec les républicains à ce sujet, ce qui augmenterait les chances du projet d'être adopté lorsqu'il sera soumis au vote auprès des 100 membres du Sénat en avril.

Le sénateur républicain Charles Grassley, qui fait partie de la commission des affaires judiciaires, a pour sa part affirmé que, si la mesure était approuvée, elle mènerait éventuellement à la création d'un registre des armes à feu, ce qui est illégal aux États-Unis. Il a ajouté qu'elle aurait aussi un impact limité sur la sécurité publique.

«Les fusillades vont continuer à se produire en dépit de la vérification universelle des antécédents», a soutenu M. Grassley. «Les criminels vont continuer à voler des armes.»

La vérification des antécédents a été mise en place pour empêcher certains individus, dont les criminels et les personnes souffrant de troubles mentaux graves, de se procurer des armes à feu.

Le vote de mardi survient cinq jours après que la commission eut approuvé une première mesure pour le contrôle des armes à feu depuis la fusillade survenue en décembre dans une école primaire du Connecticut durant laquelle 20 enfants et six adultes ont été tués.