NOUVELLES
12/03/2013 02:45 EDT | Actualisé 12/05/2013 05:12 EDT

Birmanie/Phosphore contre des manifestants: Washington appelle à la retenue

Washington a appelé mardi les forces de l'ordre birmanes à la retenue après le recours à du phospore fin 2012 contre une manifestation, Washington assurant continuer à parler des droits de l'homme avec la Birmanie avec laquelle les relations sont quasiment normalisées.

"Nous avons pris bonne note du rapport qui semble confirmer que des forces de sécurité en Birmanie ont fait usage de bombes contenant du phospore pour disperser des manifestants", a prudemment commenté la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland.

"Nous nous sommes opposés à l'utilisation de phospore pour contrôler les foules et nous avons exhorté le gouvernement (birman) à faire en sorte que ses forces de l'ordre exercent le maximum de retenue", a ajouté la diplomate, sans le condamner formellement.

Les forces de l'ordre birmanes ont utilisé en novembre dernier du phosphore contre des manifestants, a confirmé mardi une commission d'enquête présidée par la chef de l'opposition Aung San Suu Kyi.

Le rapport parlementaire accable les forces de sécurité qui avaient dispersé les opposants à la mine de cuivre sino-birmane de Leptadaung, à Monywa (nord). Une centaine de personnes avaient été blessées, dont une majorité de moines bouddhistes.

Mme Nuland a été interrogée ensuite sur la poursuite des réformes en Birmanie, alors que les Etats-Unis ont quasiment levé toutes leurs sanctions contre ce pays, y ont dépêché un ambassadeur et que le président Barack Obama y a fait une visite historique juste après sa réélection en novembre.

"Ce n'est pas un secret, (les réformes) sont un processus en cours (...) Nous continuons d'avoir un dialogue rigoureux sur les droits de l'homme avec la Birmanie, notamment sur des questions telles que le comportement de la police, la liberté de rassemblement...", a assuré la porte-parole de la diplomatie américaine.

nr/mdm