NOUVELLES
11/03/2013 01:31 EDT | Actualisé 11/05/2013 05:12 EDT

Un prêt d'urgence à l'Egypte peut être une "option" provisoire (FMI)

Le FMI a estimé qu'un prêt d'urgence à l'Egypte pourrait être une "option" en attendant que les discussions sur un plan d'aide plus ambitieux aboutissent avec les autorités, a indiqué lundi à l'AFP une porte-parole de l'institution.

Ce prêt d'urgence, qui prendrait la forme d'un Instrument de financement rapide (IFR), "peut être une option si un besoin de financement apparaît, en attendant qu'un programme solide sur le moyen terme soit mis en place", a déclaré cette porte-parole dans un courrier électronique.

L'IFR offre aux Etats-membres du FMI confrontés à des besoins de financement urgents une aide rapide mais limitée, sans qu'il soit nécessaire de mettre en place un programme à part entière.

"Au final, c'est aux autorités de prendre une décision" et d'en faire la demande au FMI, a-t-elle toutefois précisé.

Un pré-accord avait été conclu en novembre entre le FMI et l'Egypte pour un prêt de 4,8 milliards de dollars, mais les autorités avaient suspendu le processus en décembre en raison de l'instabilité politique dans le pays.

Les discussions ont, depuis, repris autour d'un nouveau plan de réformes et sans doute d'un nouveau montant.

"Nous sommes actuellement en train d'examiner le programme économique proposé par les autorités et leurs projections macro-économiques et nous discutons avec eux des prochaines étapes de notre engagement", a ajouté la porte-parole, réaffirmant la volonté du Fonds d'aider le pays dans "cette période cruciale".

L'Egypte a besoin de se réformer "sans attendre davantage", a-t-elle souligné.

Deux ans après la chute du régime autoritaire de Hosni Moubarak, renversé par une révolte populaire, les troubles politiques continuent de secouer le pays.

Ces derniers mois, des violences parfois meurtrières ont éclaté dans le pays, souvent en marge de manifestations contre le président Mohamed Morsi, élu en juin et accusé d'avoir "trahi la révolution" et de ne pas parvenir à faire face aux problèmes économiques.

jt/sl/are