NOUVELLES
11/03/2013 05:23 EDT | Actualisé 11/05/2013 05:12 EDT

Syrie: état des combats entre rebelles et régime

L'armée syrienne défend Damas et des territoires dans l'ouest et le centre du pays, tandis que les rebelles aidés de jihadistes avancent dans le nord et l'est, avec une situation changeante sur le terrain.

Aucun des protagonistes ne parvient à remporter une victoire décisive et pour les rebelles, bien moins équipés que l'armée, l'état des choses n'évoluera que lorsqu'ils recevront des armes de la communauté internationale.

Damas et sa province:

Près de huit mois après avoir lancé la "bataille de libération" de Damas, les rebelles restent confinés dans les quartiers périphériques et les banlieues sud et est de la capitale fortifiée.

L'armée repousse leurs tentatives de pénétrer au coeur de Damas, où d'importantes cibles du régime sont toutefois visées par des attentats meurtriers, revendiqués en majorité par le Front jihadiste Al-Nosra.

La région orientale d'Al-Ghouta, où les rebelles ont pris pied, est le théâtre de batailles acharnés.

Au sud-est de Damas, l'armée tente de reprendre totalement Daraya.

NORD (Idleb, Alep, Raqa)

- A Raqa (nord-est), le Front Al-Nosra et Ahrar al-Sham ont enregistré le plus grand succès en s'emparant totalement le 6 mars de Raqa, capitale de la province éponyme. C'est la première grande ville du pays à tomber aux mains des rebelles. L'aviation continue néanmoins d'y bombarder les insurgés.

- Idleb (nord-ouest): de larges territoires de la province sont aux mains des rebelles, mais la capitale provinciale est sous contrôle de l'armée.

Après l'aide des jihadistes étrangers arrivés via la frontière poreuse avec la Turquie, les rebelles prennent deux postes frontaliers et la base de l'armée de l'air de Taftanaz.

Les islamistes dans le nord ont un meilleur accès aux armes que les rebelles du centre.

- Alep: le front dans la deuxième ville du pays a été ouvert en juillet 2012 avec un assaut des rebelles qui contrôlent désormais la plupart de la province.

Le groupe islamiste Liwa al-Tawhid dirige la bataille dans le centre d'Alep, celui d'Ahrar al-Sham mène les combats pour prendre les bases aériennes militaires de la province.

Le Front Al-Nosra, accusé d'être lié à Al-Qaïda en Irak et classé par Washington sur sa liste d'"organisations terroristes", est également actif à Alep.

EST (Deir Ezzor, Hassaké)

- Deir Ezzor: profitant de la frontière poreuse avec l'Irak pour passer armes et combattants, les rebelles ont pris 80% de la province, mais l'armée contrôle toujours la majorité de la capitale provinciale. Le Front Al-Nosra est bien implanté à Deir Ezzor.

- Hassaké: dans cette province à majorité kurde, les rebelles ont combattu les combattants kurdes à Ras al-Aïn, avant de conclure une trêve en février. Ailleurs dans cette région, des jihadistes ont saisi de larges territoires.

CENTRE (Homs, Hama)

- Après un siège de neuf mois des bastions rebelles à Homs, l'armée a lancé une nouvelle offensive, appuyée par l'aviation et des miliciens pro-régime. Une reprise des enclaves rebelles assurerait à l'armée un contrôle total du centre du pays.

- La région de Hama est en majorité sous contrôle de l'armée.

OUEST (Lattaquié)

- Le coeur de la communauté alaouite, confession de Bachar al-Assad, est sous contrôle de l'armée, à l'exception de quelques enclaves kurdes et turcomanes dans le nord de Lattaquié.

Sud (Deraa, Soueida, Kouneitra)

- A Deraa, berceau de la révolte, les rebelles ont pris plusieurs villages, mais la majorité de la province est contrôlée par le régime.

- Soueida est globalement calme, les leaders de la communauté druze majoritaire ayant maintenu une neutralité.

- Située sur la ligne de cessez-le-feu avec Israël sur le Golan, la province de Kouneitra est le théâtre de combats intermittents.

ser/tp/ram

PLUS:afp