NOUVELLES
11/03/2013 05:05 EDT | Actualisé 11/05/2013 05:12 EDT

Obama va visiter la basilique de la Nativité à Bethléem (Palestiniens)

Le président américain Barack Obama visitera la basilique de la Nativité à Bethléem (Cisjordanie), où est né Jésus selon la tradition chrétienne, lors de son prochain voyage dans la région, a-t-on appris lundi de source palestinienne.

L'Autorité palestinienne a été officiellement informée par la partie américaine que le président Obama se déplacera à Bethléem, en territoire autonome palestinien, pour visiter le lieu de naissance de Jésus, a précisé la source.

Barack Obama est attendu en Israël et dans les Territoires palestiniens du 20 au 22 mars pour sa première visite depuis son élection à la présidence américaine en 2008. Il doit se rendre à Ramallah, le siège de l'Autorité palestinienne, et à Bethléem le 21 mars, selon un programme officieux.

Haut lieu de la chrétienté, le site de Bethléem a été inscrit en urgence le 29 juin 2012 au Patrimoine mondial, malgré la vive opposition d'Israël et des Etats-Unis, après que l'Unesco a accueilli la Palestine en son sein le 31 octobre 2011.

Les Palestiniens avaient alors revendiqué une victoire "historique" en obtenant l'inscription de l'Eglise de la Nativité et de la route de pèlerinage de Bethléem au Patrimoine mondial de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco).

Les Etats-Unis s'étaient dit "profondément déçus" de la décision de l'Unesco, estimant que cette organisation "ne devrait pas être politisée".

Datant de l'empereur romain Constantin, au 4e siècle, et restaurée par Justinien au 6e siècle, la basilique de la Nativité est l'une des plus anciennes et sacrées églises de la chrétienté. En mauvais état, elle est considérée comme un site en danger.

La basilique est administrée, dans une cohabitation parfois difficile, par les Grecs orthodoxes, les Arméniens orthodoxes, et l'Ordre des Franciscains au nom de l'Eglise catholique romaine.

Centre de pèlerinage, Bethléem est le premier site touristique des Territoires palestiniens (deux millions de visiteurs en 2011).

na-agr/cnp