NOUVELLES
11/03/2013 09:18 EDT | Actualisé 11/05/2013 05:12 EDT

Les artères occluses des momies anciennes étonnent les scientifiques

LONDRES - Même sans malbouffe et cigarettes, les humains souffraient d'artères occluses il y a 4000 ans, indique la plus importante étude menée à ce sujet sur des momies.

Cette découverte démontre que le problème fait possiblement partie du vieillissement humain normal, et qu'il ne découle pas nécessairement de facteurs de risque contemporains comme le tabagisme, la consommation d'aliments gras et la sédentarité.

Des tomodensitogrammes réalisés sur 137 momies ont décelé des signes d'athérosclérose chez les tiers d'entre elles, y compris chez des momies provenant de peuples anciens aux habitudes de vie que l'on croyait saines. L'athérosclérose provoque des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux.

Plus de la moitié des momies provenaient d'Égypte, tandis que les autres provenaient du Pérou, du sud-ouest des États-Unis et des îles Aléoutiennes, en Alaska. Les momies dataient de 3800 avant Jésus-Christ à l'an 1900.

C'était la première fois que des momies provenant d'ailleurs que l'Égypte étaient utilisées pour une telle étude.

L'étude a été publiée en ligne par le journal médical The Lancet au moment où ses conclusions étaient dévoilées dimanche dans le cadre d'une conférence à San Francisco. L'auteur principal, le cardiologue Randall Thompson de l'Institut de cardiologie Saint Luke Mid America, au Kansas, a déclaré que la maladie cardiaque semble traquer les humains depuis 4000 ans.

Le docteur Thompson a expliqué des facteurs inconnus ont peut-être contribué au rétrécissement des artères des momies. Il a rappelé que certains peuples autochtones habitaient des caves où ils respiraient beaucoup de fumée, ce qui pourra avoir eu le même effet que le tabagisme.

Un autre expert, le médecin suisse Frank Ruehli, a indiqué que les humains semblent avoir une prédisposition génétique au problème.

Mais le directeur médical adjoint de la Fondation britannique du coeur, le docteur Mike Knapton, a refusé de conclure que l'athérosclérose accompagne nécessairement le vieillissement. Il a rappelé que d'autres facteurs peuvent être en cause et que les tomodensitogrammes n'ont pas permis de déterminer si les dépôts dans les artères des momies étaient du genre à provoquer des crises cardiaques ou des accidents vasculaires cérébraux.