NOUVELLES
11/03/2013 02:02 EDT | Actualisé 11/05/2013 05:12 EDT

Cuba a perdu son «meilleur ami» avec la mort de Hugo Chavez, selon Fidel Castro

LA HAVANE, Cuba - Fidel Castro a brisé le silence qu'il observait depuis la mort de Hugo Chavez en déclarant lundi qu'avec la disparition du président vénézuélien, Cuba avait perdu son «meilleur ami».

Dans un article publié en première page par du Granma, le quotidien du Parti communiste de l'île, l'ancien leader cubain a affirmé que même s'il était clair que la vie de M. Chavez était menacée par le cancer dont il souffrait et pour lequel il avait subi quatre opérations, l'annonce de son décès avait eu l'effet d'un choc.

Âgé de 86 ans, M. Castro, qui a pris sa retraite en 2006 en raison d'un grave problème intestinal qui a falli lui être fatal, a cessé d'écrire ses lettres d'opinion publiées sous le titre «Réflexions».

En octobre dernier, alors que de nouvelles rumeurs circulaient sur sa santé, il avait expliqué avoir décidé de mettre fin à sa chronique parce qu'elle occupait dans le journal d'État un espace précieux qui devait être utilisé à d'autres fins.

Hugo Chavez a souvent fait référence à Fidel Castro comme étant une figure paternelle, un mentor et un ami proche. Les deux pays se sont considérablement rapprochés après l'arrivée au pouvoir de M. Chavez en 1998.

Le président vénézuélien a fourni des milliards de dollars en pétrole subventionné à Cuba pour l'aider à relancer son économie alors que son homologue cubain a envoyé des dizaines de milliers de médecins, enseignants, entraîneurs et conseillers politiques au Venezuela.

Le Venezuela est aussi devenu le premier partenaire commercial de Cuba.

Fidel Castro a révélé qu'il s'informait de l'état de Hugo Chavez à tous les jours depuis la dernière intervention chirurgicale subie par celui-ci à La Havane en décembre.

Lundi, il a raconté que M. Chavez l'avait invité à faire une excursion en bateau au Venezuela une fois que leur «mission révolutionnaire» serait terminée.

Évoquant le héros de l'indépendance cubaine José Marti et le libérateur du Venezuela Simon Bolivar, M. Castro a déclaré qu'il avait été honoré d'être l'allié de Hugo Chavez.

«Lui-même ne savait pas à quel point il était formidable», a écrit Fidel Castro. «Toujours vers la victoire, mon inoubliable ami!»