NOUVELLES
11/03/2013 06:11 EDT | Actualisé 11/05/2013 05:12 EDT

Cliffs suspend les opérations de son usine de bouletage à Sept-Îles 


La compagnie Cliffs ressources naturelles interrompt pour une période indéterminée les opérations de son usine de bouletage à Sept-Îles dès la mi-juin.

La minière explique que les coûts d'exploitation de son usine à Pointe-Noire devenaient trop élevés. « La baisse du prix du marché et les perspectives à la baisse pour les prochains mois ont justifié cette décision-là », précise la porte-parole de la compagnie, Annie Desrosiers.

Environ 165 travailleurs perdront leur emploi, ce qui représente environ la moitié des employés de l'usine. Les travailleurs du Labrador et du lac Bloom, près de Fermont, conserveront leur emploi, tout comme les préposés à la voie ferrée et au port de Sept-Îles.

Le Syndicat des Métallos promet de tout mettre en oeuvre pour reclasser les travailleurs visés par l'arrêt de production à l'usine de bouletage de Sept-Îles. « Soyez assurés qu'on va s'arranger pour qu'il y en ait des opportunités. On sait qu'il y a des sous-traitants au lac Bloom. Ça serait une bonne chose de reclasser ces travailleurs à cet endroit-là », souligne le coordonnateur régional, Alain Croteau.

Ce dernier estime qu'il faut réduire l'impact de cette annonce sur les employés avec le moins d'ancienneté et leur famille.

Pour sa part, le maire de Sept-Îles, Serge Lévesque, qualifie cette annonce d'« accablante ». Il y voit néanmoins une occasion de réfléchir à la diversification économique de la région.

Poursuite des activités de Cliffs

Cliffs ressources naturelles prévoit suspendre ses activités à Sept-Îles afin de produire uniquement du concentré de minerai de fer à sa mine Scully, au Labrador, à partir du deuxième trimestre de 2013.

Elle compte toujours produire et vendre 9 à 10 millions de tonnes de boulettes de fer et de concentré de minerai de fer d'ici la fin de l'année.

En novembre dernier, la minière avait annoncé qu'elle reportait l'expansion de sa mine du lac Bloom, au Québec, en raison de la forte volatilité des prix du minerai de fer. Plus de 400 travailleurs ont été mis à pied temporairement.

Au dernier trimestre, la minière a enregistré une perte de 1,6 milliard de dollars, soit plus de 11 $ par action.

PLUS:rc