NOUVELLES
11/03/2013 11:16 EDT | Actualisé 11/05/2013 05:12 EDT

C1 - Galatasaray - Burak Yilmaz, la nouvelle machine à buts turque

La même efficacité (ou presque) que Cristiano Ronaldo, l'aura people en moins: deuxième meilleur buteur de la Ligue des champions derrière la star du Real Madrid, Burak Yilmaz a explosé cette saison avec Galatasaray, suscitant déjà les convoitises.

Ses statistiques sont impressionnantes. En marquant six des sept buts de son équipe, l'attaquant turc a porté à bouts de pieds la formation stambouliote jusqu'aux phases éliminatoires. Et il y a quinze jours, c'est lui, encore, qui a ouvert le score des Sang et Or contre les Allemands de Schalke 04 (1-1) en 8e de finale aller (match retour mardi).

A 27 ans, Burak Yilmaz flambe sur tous les terrains. Grâce à ce septième but en C1, le natif d'Antalya (sud de la Turquie) concurrence Ronaldo (1 but de plus) au palmarès des buteurs de la Ligue des champions. Devant Lionel Messi (5 buts). Avec 14 buts en 21 matches, il domine aussi largement le palmarès du championnat 2012-2013 de Turquie.

"Je traverse une formidable saison", reconnaissait-il dans le quotidien turc Fanatik avant le match aller contre Schalke 04. "Le fait que je me sente chez moi a un grand impact sur ma performance. Je suis chez moi à Galatasaray et j'en suis très content. Je veux donner le maximum de moi-même à chaque match".

Promis très jeune à un grand avenir, l'avant-centre a pourtant mis du temps à percer. Arrivé à 21 ans au Besiktas d'Istanbul, alors entraîné par le Français Jean Tigana, il déçoit. Pendant plusieurs saisons, il promène alors sa grande silhouette (1,88 m pour 75 kg) sous les maillots de Manisaspor, Fenerbahçe puis Eskisehir, sans convaincre.

Il faut attendre son arrivée en 2010 sur les bords de la mer Noire à Trabzonspor pour que Burak Yilmaz passe la vitesse supérieure et confirme enfin les espoirs placés en lui. Après avoir inscrit 19 buts en 2010-2011, il crève l'écran la saison suivante avec 33 réalisations qui lui valent le titre de meilleur buteur du championnat turc.

En pleine forme, le joueur est appelé en sélection nationale. Son sélectionneur Guus Hiddink ne tarit pas d'éloges.

"Burak est un footballeur professionnel moderne. J'aime sa détermination et son caractère laborieux, il ne se plaint jamais de rien. Il donne confiance à toute l'équipe et n'a jamais hésité à prendre des risques lors des matches", confie le technicien néerlandais.

Depuis l'été dernier, Burak Yilmaz fait donc les beaux jours de Galatasaray. S'il n'est pas un technicien hors-pair, son sens du placement et sa détermination font la différence.

"Je vis comme un professionnel. Je prends soin de mon corps et je travaille beaucoup, confirme le joueur. Je sais que je peux toujours faire mieux. C'est un privilège de jouer dans l'une des quatre meilleures équipes de Turquie".

"Il s'améliore de jour en jour", se félicitait son entraîneur Fatih Terim après la victoire de Galatasaray (3-1) et le "coup du chapeau" de son attaquant vedette contre les Roumains de Cluj en novembre dernier. "Un jour, Burak sera encore meilleur".

Certains le comparent déjà à quelques uns de ses glorieux prédécesseurs comme Hakan Sükür, Nihat Kahveci ou Tuncay Sanli. Et les rumeurs de transferts vont bon train. Les noms de Manchester, Liverpool et Naples sont cités dans la presse turque.

D'ici là, Burak Yilmaz sera encore l'atout offensif numéro 1 de la formation stambouliote mardi en Allemagne. Et le favori des supporteurs turcs. Loin devant le pré-retraité ivoirien Didier Drogba, pourtant recruté à prix d'or à l'intersaison...

pa/nc/pgr/dac