NOUVELLES
10/03/2013 10:50 EDT | Actualisé 10/05/2013 05:12 EDT

Un dispositif cardiaque contre la formation de caillots jugé sûr

Un dispositif implanté sur le coeur, de la société américaine Boston Scientific, pour éviter la formation de caillots chez des personnes âgées souffrant d'irrégularité cardiaque s'est avéré sûr et efficace, selon les résultats publiés samedi soir d'une étude clinique.

L'instrument minuscule en forme de parapluie retourné appelé Watchman pourrait offrir ainsi une alternative à des traitements anticoagulants chez les sujets présentant des troubles du rythme cardiaque, qui ont un risque élevé d'hémorragie.

Cet appareil, implanté sans chirurgie, grâce à un tube inséré dans une veine, a été approuvé en Europe en 2005 et dans plusieurs pays en Asie en 2009. Les Etats-Unis sont le seul grand marché où il n'est pas encore commercialisé.

"Les résultats de l'essai clinique PREVAIL viennent confirmer les données précédemment publiées montrant l'utilité du Watchman comme une option pour réduire les risques d'accident vasculaire cérébraux", a déclaré le Dr Kenneth Stein, un des responsables de Boston Scientific, dans un communiqué.

Le médecin a fait valoir "les faibles taux de complications" de ce nouveau test en comparaison avec l'essai clinique précédent PROTECT AF.

L'étude a été menée sur 407 patients dont 269 ont reçu le Watchman et 138 ont pris de la warfarine, un anticoagulant.

Les résultats de l'essai clinique PREVAIL ainsi que ceux des études précédentes, seront soumis à l'Agence américaine des médicaments (FDA) pour une demande d'autorisation de mise sur le marché, a indiqué Boston Scientific.

Ce système a été mis au point par la firme Atritech rachetée par Boston Scientific en mars 2011.

La fibrillation atriale ou auriculaire affecte environ 15 millions de personnes dans le monde dont 2,7 millions aux Etats-Unis.

Ces patients ont cinq fois plus de risque de souffrir d'un accident vasculaire cérébal car l'irrégularité du rythme cardiaque accroît la possibilité de formation de caillots dans le coeur qui peuvent remonter au cerveau.

Les anticoagulants comme la warfarine était la seule thérapie pour réduire ce risque. Mais certains patients surtout les plus âgés présentent un risque élevé d'hémorragie.

js/rap