NOUVELLES
10/03/2013 05:29 EDT | Actualisé 10/05/2013 05:12 EDT

Terrorisme: sept otages étrangers tués au Nigeria par un groupe islamiste

KANO, Nigeria - Des diplomates européens ont confirmé dimanche que sept otages étrangers enlevés dans le nord du Nigéria avaient été tués comme l'avaient déjà revendiqué leurs ravisseurs, des islamistes extrémistes. Il s'agit du cas d'enlèvement impliquant des étrangers le plus violent à avoir frappé ce turbulent pays de l'ouest africain depuis des décennies.

La Grande-Bretagne et l'Italie ont dit que les sept personnes qui avaient été enlevées dans l'État septentrional de Bauchi, le 16 février, avaient été tuées par le groupe Ansaru. La Grèce a aussi confirmé qu'un de ces citoyens avaient été tués.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères italien a fermement condamné ce qu'il a décrit comme un «acte de terrorisme atroce». Il a également nié une information du groupe terroriste disant que les otages avaient été tués après ou pendant une opération militaire par les forces nigérianes et britanniques, disant qu'il n'y avait pas eu d'opération militaire dans le but de libérer les otages.

Le premier ministre italien a indiqué que l'otage italien se nommait Silvano Trevisan et a promis que Rome ferait tout son possible pour retrouver les tueurs.

Le secrétaire du Foreign Office — le ministère des Affaires étrangères —. William Hague, a condamné la tuerie la qualifiant «de meurtres de sang-froid».

Le ministère des Affaires étrangères grec a lui annoncé que la famille du défunt avait été informée et a déclaré dans un communiqué que les terroristes n'avaient jamais formulé de demandes et qu'aucune action militaire n'avait eu lieu.

Le groupe terroriste avait précédemment indiqué dans un court communiqué que ses combattants avaient kidnappé les étrangers le 16 février du camp d'une entreprise de construction à Jama'are, une ville à environ 200 kilomètres au nord de Bauchi, la capitale de l'État du même nom.

Il y avait quatre Libanais, un Britannique, un Grec et un Italien parmi les otages.

Les attaquants semblaient organisés et savoir qui ils voulaient enlever, ne faisant pas de mal aux domestiques nigérians et ravissant rapidement les étrangers de la maison, selon un témoin.

Cette tuerie semble être la pire depuis des décennies pendant lesquelles les étrangers ont été ciblés au Nigéria, un pays riche en pétrole qui fournit du brut aux États-Unis.

PLUS:pc