NOUVELLES
09/03/2013 10:07 EST | Actualisé 09/05/2013 05:12 EDT

Malouines: les habitants votent lors d'un référendum très important

STANLEY, Îles Malouines - La Grande-Bretagne espère que le référendum sur le statut politique des Îles Malouines tenu cette fin de semaine, feront déloger les États-Unis et d'autres gouvernements neutres de leur position dans cette dispute territoriale avec l'Argentine à propos de cet archipel de l'Atlantique Sud.

Le gouvernement des Îles Malouines a mis en route un important processus pour amener le plus grand nombre de ses 1650 électeurs inscrits aux urnes dimanche et lundi, se préparant à envoyer des véhicules tout-terrain, des navires et des hydravions en direction de fermes dispersées sur les îles peu peuplées.

Des observateurs électoraux provenant du Canada, du Mexique, des États-Unis, du Paraguay, de l'Uruguay, du Chili et de la Nouvelle-Zélande seront également sur place, alors que les habitants de l'archipel décideront s'ils veulent demeurer rattachés au Royaume-Uni.

Les habitants des Malouines s'attendent à ce que le résultat soit très fortement en faveur de la gouvernance et de la protection britanniques, un résultat qui, espèrent-ils, centrera leur propre autonomie au sein de tout débat sur leur avenir en lien avec les prétentions territoriales de l'Argentine.

Le Royaume-Uni veut que les États-Unis, en particulier, reconnaissent les droits des habitants de la région, mais le secrétaire d'État américain John Kerry a refusé de modifier sa position lors d'une récente visite à Londres.

L'Argentine continue d'affirmer que les habitants des îles y ont été «implantés», et qu'une résolution des Nations unies oblige Londres à résoudre la dispute de façon bilatérale.

Washington ne veut pas se prononcer sur les affirmations territoriales des deux pays en cause. En 1982, une courte guerre, gagnée par la Grande-Bretagne, a opposé l'ancienne puissance coloniale à l'Argentine. Cette neutralité des États-Unis pourrait être mise à mal lors du référendum, affirment des diplomates et des politologues.