NOUVELLES
09/03/2013 07:24 EST | Actualisé 09/05/2013 05:12 EDT

L'animateur américain d'émission de chasse Gregory Rodriguez est tué par balle

AP
This undated image provided by the Whitefish, Mont., Police Department shows TV personality, Gregory Rodriguez who was shot and killed by Wayne Bengston, while Rodriguez was visiting Bengston's wife. Bengston later committed suicide.(AP Photo/Whitefish Police Department)

Les responsables du Sportsman Channel se sont dit fortement ébranlés par la mort de l'un de leurs animateurs qui voyageait partout dans le monde afin de trouver des animaux intéressants à chasser ou pêcher, et qui partageait ses aventures dans le cadre de son émission «A Rifleman's Journal».

L'entreprise a déclaré par voie de communiqué, samedi matin, qu'elle s'ennuierait de la «candeur et de l'engagement à encourager une expérience sécuritaire d'activités dans la nature» de Gregory G. Rodriguez.

Selon la police, M. Rodriguez, âgé de 43 ans et originaire de Sugar Land, au Texas, est mort jeudi dans le nord du Montana, lorsqu'il a été abattu par un autre homme dans ce qui semble être un élan de jalousie, au moment où l'animateur rendait visite à l'épouse du présumé tireur.

Les médias sociaux ont été inondés de messages à la suite de la mort de M. Rodriguez, qui a combiné son aisance devant la caméra et ses voyages dans des endroits exotiques à son expérience en matière de tir à la carabine et de chasse pour créer une populaire émission de télévision.

En janvier, «A Rifleman's Journal» avait été honoré à titre de meilleure émission éducative lors de la dernière édition des prix remis par la chaîne de télévision, avait annoncé le Sportsman Channel.

M. Rodriguez laisse derrière sa femme, Lisa, et ses deux enfants. Dans une déclaration publiée samedi, la famille a dit qu'il se trouvait au Montana pour un voyage d'affaires.

Le chef des autorités locales, Bill Dial, a déclaré que Wayne Bengston, âgé de 41 ans, avait tiré sur M. Rodriguez vers 22h30, à la maison de sa belle-mère. M. Dial a ajouté que le suspect avait ensuite battu sa femme, emmené son fils de 2 ans chez un proche et conduit vers chez lui, à environ 40 kilomètres de là, où il s'est suicidé.

Le policier a précisé que la femme de M. Bengston avait été soignée à l'hôpital et avait obtenu son congé cette nuit-là.