NOUVELLES
09/03/2013 09:14 EST | Actualisé 09/05/2013 05:12 EDT

Pénurie de camionneurs: main-d'oeuvre demandée dans l'industrie

alamy

MONTRÉAL - L'industrie du camionnage est inquiète et s'attend à être frappée de plein fouet par une pénurie de main-d'oeuvre qui risque de se produire plus rapidement que prévu.

Déjà, la région de l'Abitibi est aux prises avec un manque important de chauffeurs et la situation n'est pas prête de se résorber selon Marc Cadieux, président directeur-général de l'Association du camionnage du Québec.

Selon lui, les données du registre des l'Assurance automobile du Québec faussent la donne. Si le nombre de chauffeurs aptes à conduire un camion demeure suffisant sur papier, plusieurs détiennent un permis mais n'exercent plus le métier de transporteur routier ou se sont redirigés dans des domaines connexes.

Ainsi, selon le président de l'Association, les statistiques ne sont pas représentatives des effectifs réellement disponibles, d'autant que certains conservent leur permis uniquement pour garder leur privilège de pouvoir conduire un poids lourd, à l'instar de ceux qui possèdent un permis de moto, sans avoir un bolide sur deux roues.

Selon Marc Cadieux, les chauffeurs ont été nombreux ces dernières années à délaisser le camionnage pour poursuivre une carrière dans la machinerie lourde ou encore pour mettre leurs aptitudes au profit du secteur minier, là où les conditions salariales sont plus intéressantes.

Le personnel s'érode aussi avec les départs à la retraite, en raison de l'attrait de métiers connexes, dans des secteurs en plein développement au Québec.

Le président de l'Association du camionnage du Québec, Marc Cadieux, ne cache pas que la préoccupation est vive au sein des industries du transport de marchandises. Les axes routiers et l'inter-modalité, avec la combinaison du transport par train et par bateau, auront beau se développer, s'il n'y a pas davantage de chauffeurs, le problème restera entier.