NOUVELLES
09/03/2013 08:47 EST | Actualisé 09/05/2013 05:12 EDT

Égypte: des fans d'Al-Ahly mettent le feu aux bureaux de la Fédération de soccer

LE CAIRE, Égypte - Une cour égyptienne a confirmé samedi la peine de mort de 21 personnes ayant participé à une émeute mortelle survenue lors d'un match de soccer, mais a acquitté sept responsables policiers pour leur rôle allégué lors des violences. De présumés fans, en colère contre le verdict, ont incendié les locaux de la fédération de soccer et un poste de police au Caire pour protester contre la décision.

Le procès lié à une échauffourée qui a fait 74 morts après un match de soccer dans la ville de Port-Saïd, au début de 2012, a été la source de certaines des pires éruptions de violence à frapper l'Égypte au cours des dernières semaines. Après que les 21 personnes — majoritairement des fans du club Al-Masry, de Port-Saïd — eurent été condamnés à mort en première instance, le 28 janvier, de violentes émeutes ont éclaté dans la ville, faisant environ 40 morts, la plupart tombés sous les balles de la police.

Samedi, la cour a annoncé son verdict pour les 52 autres accusés dans cette affaire, en condamnant 45 à des peines de prison, y compris deux hauts responsables de la police qui ont écopé 15 ans d'emprisonnement. Vingt-huit personnes ont été acquittées, dont sept responsables policiers.

Comme prévu, la décision de la cour n'a pas réussi à faire baisser les tensions dans ce dossier, qui s'est étendu au monde politique au moment où tout le pays est confronté à la tourmente, à une économie en baisse et une opposition grandissante au gouvernement du président islamiste Mohammed Morsi.

Peu de temps après l'annonce du verdict, des fans présumés du club Al-Ahly, qui s'étaient rassemblés par milliers à l'extérieur du siège social de l'équipe dans le centre du Caire, ont mis le feu à un poste de police des environs et ont envahi les locaux de la Fédération égyptienne de soccer avant de les incendier.

Les verdicts peuvent être contestés en appel.

Plusieurs résidants de Port-Saïd, qui est située à la pointe nord du canal de Suez, affirment que le procès était défavorable au club Al-Ahly, le plus puissant du pays.

L'émeute de février 2012 a suivi un match entre les deux équipes, les partisans de Port-Saïd s'en prenant aux autres après le coup de sifflet final. Il s'agit de la pire tragédie du soccer égyptien.

Le Caire, la ville portuaire d'Alexandrie et plusieurs autres villes du delta du Nil, au nord de la capitale, ont également été englobées par la vague de violence. À Port-Saïd, la police et l'armée en sont même venus à s'affronter, échangeant des coups de feu et des grenades fumigènes alors que les troupes militaires tentaient de disperser des protestataires.

Une partie de la tension entre les résidants et la police a disparu, vendredi, lorsque la police a laissé à l'armée la tâche d'assurer la sécurité dans la ville.