NOUVELLES
09/03/2013 11:33 EST | Actualisé 09/05/2013 05:12 EDT

Cisjordanie: l'armée israélienne empêche la tenue d'un mariage symbolique

L'armée israélienne a empêché samedi une cérémonie de mariage symbolique près du mur de séparation, organisée pour dénoncer les obstacles mis aux unions entre Palestiniens et Arabe israéliens, a constaté un journaliste de l'AFP.

Au cours de cette cérémonie, qui devait se tenir à un barrage routier de l'armée israélienne entre Jérusalem et Ramallah, en Cisjordanie, un Palestinien devait "symboliquement épouser" une arabe israélienne venue de Nazareth dans le nord d'Israël.

Mais les militaires ont empêché la mariée d'arriver. Les soldats ont également dispersé à l'aide de grenades assourdissantes une cinquantaine de Palestiniens arrivés de l'autre côté du barrage routier, sans faire de blessé.

La cérémonie, prévue dans le cadre d'une campagne menée sur le thème de "l'amour au temps de l'apartheid", a été organisée par des Palestiniens pour dénoncer les "lois racistes qui interdisent la réunification des familles".

En janvier 2012, la Cour suprême d'Israël avait entériné une loi interdisant aux Palestiniens mariés à des Arabes israéliens d'obtenir la nationalité israélienne ou même de résider en Israël.

"Cette législation prive les Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza et ceux qui disposent de la nationalité israélienne du droit à la réunification des familles et du droit de résidence là où ils le souhaitent, contrairement au droit international", ont souligné les organisateurs.

Depuis 1993, plus de 100.000 Palestiniens ont obtenu par mariage un permis de séjour en Israël, dans le cadre de la réunification des familles. Mais ces autorisations ont fortement diminué ces dernières années, jusqu'à un millier par an, selon le ministre de l'Intérieur Eli Yshaï.

La communauté arabe israélienne compte 1,3 million de personnes, soit 20% de la population du pays. Elle rassemble les descendants des 160.000 Palestiniens restés sur leurs terres après la création d'Israël en 1948, et se plaint de discriminations et de marginalisation.

str-jlr/tg/fc