NOUVELLES
08/03/2013 06:54 EST | Actualisé 08/05/2013 05:12 EDT

Venezuela: la présidence par intérim de Maduro est une fraude

Getty Images
Venezuelan Vice-President Nicolas Maduro raises his fist outside the National Assembly in Caracas on January 5, 2013. Venezuelan lawmakers gathered Saturday for a key leadership vote and debate as President Hugo Chavez's battle with cancer appeared almost certain to delay his swearing-in for a new six year term. AFP PHOTO/Raul ARBOLEDA (Photo credit should read RAUL ARBOLEDA/AFP/Getty Images)

CARACAS, 08 mars 2013 (AFP) - Le principal dirigeant de l'opposition vénézuélienne, le gouverneur Henrique Capriles, a affirmé vendredi que l'investiture prévue dans la soirée du vice-président Nicolas Maduro comme président par intérim jusqu'aux prochaines élections était "une fraude constitutionnelle".

La décision du Tribunal suprême de justice d'autoriser l'investiture de M. Maduro est "une fraude constitutionnelle (...) un abus", a déclaré M. Capriles lors d'une conférence de presse, rappelant que "personne n'a élu Nicolas (Maduro) président".

Le TSJ a jugé vendredi que M. Maduro était juridiquement fondé à prêter serment comme président par intérim et à se présenter à la prochaine présidentielle.

"Le peuple n'a pas voté pour toi, mon garçon", a lancé l'ancien candidat malheureux à la présidentielle du 7 octobre à l'adresse du dauphin du président Hugo Chavez, dont les funérailles se sont déroulées vendredi.

"De quoi as-tu peur, Nicolas ? Nous sommes en compétition (...) tu as besoin d'utiliser le pouvoir de l'Etat pour aller à une élection ?", a-t-il encore demandé, en allusion à l'élection présidentielle anticipée que le pays devrait connaître dans un délai de 30 jours après la mort du président.

"Nous respectons la douleur des proches du président Chavez et de ses partisans" mais "nous ne permettrons pas que la douleur que ressent notre peuple soit une excuse pour (commettre) des abus de pouvoir, une fraude constitutionnelle", a insisté M. Capriles, chef de file de la principale coalition d'opposition du pays.

Décédé mardi des suites d'un cancer après avoir été réélu pour six ans à la présidence en octobre, Hugo Chavez n'avait pas pu prêter serment en janvier pour son nouveau mandat.

Depuis, gouvernement et opposition s'affrontent sur l'interprétation de l'article de la Constitution qui détermine qui doit assumer l'intérim jusqu'à la convocation d'une présidentielle anticipée.

INOLTRE SU HUFFPOST

Hugo Chavez est mort: des Vénézuéliens en deuil
Hugo Chavez