NOUVELLES
08/03/2013 08:41 EST | Actualisé 08/05/2013 05:12 EDT

Malgré une année 2012 difficile, la direction de SNC-Lavalin reste confiante

MONTRÉAL - Après une année difficile, la direction de SNC-Lavalin s'estime mieux équipée pour continuer à mettre de l'ordre à l'interne en 2013 et à renforcer ses actions au plan éthique. Ses revenus ont d'ailleurs augmenté au dernier trimestre et son carnet de commandes est prometteur.

Le président et chef de la direction du Groupe SNC-Lavalin, Robert G. Card, a fait le point sur la situation au sein de l'entreprise, vendredi, avec les analystes financiers, en présentant les résultats du quatrième trimestre de 2012, qui a pris fin le 31 décembre.

Le géant de la construction et du génie s'est attelé à la tâche de mettre de l'ordre à l'interne. «Nous nous employons à passer en revue et à définir le plan d'affaires stratégique de la société», a précisé M. Card.

Il s'attend d'ailleurs à faire une annonce à ce sujet lors de l'assemblée annuelle, en mai.

Le dossier éthique demeurera parmi les priorités en 2013, a admis M. Card.

«Nous faisons un énorme effort pour compléter notre enquête, afin que je puisse dire 'je pense que nous en avons terminé avec ça'. Mais je ne peux vous le dire tant que nous n'en aurons pas vraiment terminé. Nous avons encore du pain sur la planche, comme c'était le cas l'année dernière. Mais nous avons un meilleur moral, parce que comparé à l'an passé, nous sommes mieux organisés», a résumé M. Card.

Entre autres, l'ancien pdg de l'entreprise, Pierre Duhaime, fait face à des accusations de fraude, de complot pour fraude et de production de faux documents, en lien avec un contrat de 1,3 milliard $ au Centre universitaire de santé McGill à Montréal. Des doutes persistent aussi concernant les actions de l'ancienne direction en Libye.

M. Card a précisé que la direction actuelle était encore «distraite» par les reportages dans les médias qui font état d'arrestations ou d'accusations. «Nous devons alors dire à tout le monde que ce ne sont pas des nouvelles informations», mais d'anciennes informations qui connaissent un dénouement, a-t-il expliqué aux analystes financiers.

Malgré cette période encore tendue, SNC-Lavalin a affiché un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 94,6 millions $, soit 63 cents par action après dilution, comparativement à 76 millions $ ou 50 cents par action pour le trimestre correspondant de 2011.

Pour l'exercice qui a pris fin le 31 décembre 2012, le bénéfice net attribuable aux actionnaires a atteint 309,1 millions $ ou 2,04 $ par action après dilution, comparativement à 378,8 millions $ ou 2,49 $ après dilution pour la période correspondante de 2011.

Le carnet de commandes demeure bien garni, aux dires de l'entreprise, s'établissant à 10,1 milliards $, soit le même niveau que pour l'exercice précédent.

Pour l'année qui vient, SNC-Lavalin espère une croissance de 10 à 15 pour cent du résultat net annuel comparativement à 2012. Pour ce faire, elle mise particulièrement sur son secteur Énergie et son secteur Investissements-Concessions d'infrastructures (ICI).

D'ailleurs, le bénéfice net attribuable au secteur ICI a augmenté lors du quatrième trimestre de 2012 pour atteindre 70,4 millions $ comparativement à 39,5 millions $ pour le quatrième trimestre de 2011.

Son secteur Hydrocarbures et produits chimiques continuera de «présenter des défis» tout au long de 2013. Son secteur Mines et métallurgie risque d'être affecté par une baisse.