NOUVELLES
08/03/2013 09:37 EST | Actualisé 08/05/2013 05:12 EDT

L'économie américaine a gagné 236 000 emplois au cours du mois de février

WASHINGTON - Une poussée des embauches, le mois dernier, a permis l'ajout net de 236 000 emplois aux États-Unis et ramené le taux de chômage à 7,7 pour cent, comparativement à 7,9 pour cent en janvier.

Les données américaines sur l'emploi de février, rendues publiques vendredi, comptent des détails encourageants. Le taux de chômage est à son niveau le plus bas en quatre ans. La croissance de l'emploi a été en moyenne de 200 000 postes par mois depuis novembre. Les salaires ont augmenté. Et les gains ont été généralisés, avec en tête de liste la construction, secteur au sein duquel l'embauche n'a jamais aussi été élevée en six ans.

Le taux de chômage, qui était bloqué à 7,8 pour cent ou davantage depuis septembre, a diminué essentiellement parce que les chômeurs ont trouvé du travail. En outre, 130 000 personnes sans emploi ont cessé de chercher du travail le mois dernier. Le gouvernement ne compte pas ces gens parmi le groupe des chômeurs.

Le taux de chômage américain est établi au terme d'un sondage mené auprès des ménages. Les gains en matière d'emploi le sont à partir de données fournies par les employeurs.

Les 236 000 emplois qui ont été ajoutés en février constituent un total historique. Et ce chiffre aurait été plus important si les gouvernements avaient contribué à la croissance de l'emploi plutôt que de la ralentir comme c'est le cas depuis près de quatre ans. Les gouvernements ont retranché 10 000 emplois en février.

L'embauche s'est accélérée depuis l'été dernier. Les employeurs ont ajouté une moyenne de 191 000 postes par mois entre les mois de décembre et février. Les gains se sont élevés en moyenne à 181 000 entre septembre et novembre, et à 135 000 entre juin et août.

De solides ventes de voitures et la constante reprise du secteur immobilier donnent lieu à davantage d'embauches, ce qui pourrait se traduire par une augmentation des dépenses de consommation et une croissance économique plus vigoureuse.