NOUVELLES
08/03/2013 03:24 EST | Actualisé 08/05/2013 05:12 EDT

L'ancien président argentin Carlos Menem reconnu coupable de trafic d'armes

BUENOS AIRES, Argentine - L'ancien président argentin Carlos Menem et 11 autres responsables ont été reconnus coupables en appel, vendredi, d'avoir trafiqué des armes vers l'Équateur et la Croatie en violation d'embargos internationaux dans les années 1990.

Carlos Menem, 82 ans, qui bénéficie de l'immunité judiciaire en tant que sénateur argentin, avait été acquitté lors de son procès en 2011.

Mais la cour d'appel a jugé qu'une grande partie de la preuve avait été écartée par erreur et qu'il n'y avait aucune possibilité logique que les armes aient été trafiquées sans l'approbation et la participation directe de M. Menem.

L'ancien président a admis avoir signé des décrets secrets pour exporter des armes au Venezuela et au Panama, mais a déclaré qu'il ignorait que des tonnes de fusils et de munitions fabriqués en Argentine aboutiraient en Équateur et en Croatie, des pays visés par des embargos internationaux à l'époque.

La cour d'appel a jugé sa défense «incompréhensible» compte tenu des nombreuses preuves montrant que les procédures douanières n'avaient pas été suivies sous la pression de la présidence.

La cour a estimé que le beau-frère et «homme de confiance» de M. Menem, Emir Yoma, avait joué le rôle d'intermédiaire avec les autorités gouvernementales et d'autres impliqués dans le stratagème, et qu'il avait collecté de l'argent des entreprises impliquées.

«La seule personne qui avait assez de pouvoir pour influencer directement, et pendant toutes ces années, trois différents ministères gouvernementaux, leurs agences, l'armée argentine et même le Congrès était le président de la nation, Carlos Saul Menem, par l'entremise d'Emir Yoma», a statué la cour.

Le jugement de 237 pages, rédigé par trois juges, établit que le président était «le co-auteur du crime de trafic, aggravé par le fait qu'il impliquait des armes militaires et exigeait l'intervention de responsables publics».

Les procureurs ont réclamé une peine de prison de huit ans. La cour d'appel a renvoyé le dossier aux juges de première instance pour déterminer la peine, qui tiendra compte de l'âge et du comportement de l'ancien président, ainsi que des circonstances aggravantes.

Dans tous les cas, Carlos Menem sera envoyé en prison seulement si le Sénat, contrôlé par le gouvernement de Cristina Fernandez, lui retire son immunité.

Mme Fernandez critique souvent les décisions de l'ère Menem, mais en tant que sénateur, Carlos Menem a été un allié sur lequel la présidente peut compter et qui lui fournit souvent un vote décisif dans des dossiers importants.

On ne sait pas encore si Carlos Menem compte porter sa cause en appel devant la Cour suprême.