NOUVELLES
08/03/2013 10:10 EST | Actualisé 08/05/2013 05:12 EDT

La Bourse de New York poursuit sa hausse historique après l'emploi américain

La Bourse de New York a ouvert en hausse vendredi, un rapport sur l'emploi américain bien meilleur qu'attendu l'encourageant à poursuivre sa progression à des niveaux historiques: le Dow Jones avançait de 0,37% et le Nasdaq de 0,28%

Vers 14H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average s'appréciait de 53,30 points, à 14.382,79 points, évoluant à un niveau jamais vu auparavant, et l'indice Nasdaq, à dominante technologique, gagnait 9,11 points, à 3.241,20 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 s'adjugeait 0,26% ou 4,09 points, à 1.548,35 points, à moins de 20 points de son propre record en clôture d'octobre 2007.

L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones, avait enregistré la veille son troisième record en clôture consécutif, à 14.329,49 points tandis que le Nasdaq avait fini à un sommet depuis le 8 novembre 2000, à 3.232,09 points.

L'annonce d'une amélioration de l'emploi aux Etats-Unis, un secteur particulièrement surveillé pour jauger la vigueur de la reprise économique de la première puissance mondiale, a donné un coup de fouet aux indices.

"Ce sont de très bons chiffres, très solides", a applaudi Peter Cardillo, de Rockwell Global Securities, selon qui la place financière était en passe de signer un nouveau record en clôture vendredi, le quatrième consécutif pour le Dow Jones.

En outre, le S&P 500, l'indice élargi très surveillé par les investisseurs et les acteurs du marché, "pourrait toucher lui aussi un niveau inédit" au cours de la séance, a-t-il estimé.

Les statistiques de l'emploi américain ont en effet satisfait les attentes des opérateurs sur plusieurs tableaux.

D'un côté, les embauches ont connu un net coup d'accélérateur en février aux Etats-Unis, le pays créant 236.000 emplois de plus qu'il n'en détruisait ce mois-là, bien plus qu'attendu par les analystes.

D'autre part, le taux de chômage officiel est tombé contre toute attente à 7,7%, son niveau le plus faible depuis décembre 2008, même si ce recul a été amplifié par une nette baisse de la population active.

Cependant, comme le soulignent les experts du site d'information financière Briefing.com, "le recul du taux de chômage pourrait signaler que la Réserve fédérale américaine (Fed) se rapproche d'une remise en cause de sa politique très accommodante".

En effet, les rachats d'actifs de la Fed sont notamment liés au maintien d'un taux de chômage au-dessus de 6,5%.

"Ce ne sont pas des considérations qui risquent de peser beaucoup aujourd'hui à Wall Street mais si la tendance à l'amélioration dans le secteur de l'emploi se confirme le mois prochain", cela pourrait commencer à compter, selon M. Cardillo.

Le marché obligataire reculait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans progressait à 2,054% contre 1,991% jeudi, et celui à 30 ans à 3,248% contre 3,200%.

ppa/sl/are