NOUVELLES
08/03/2013 03:42 EST | Actualisé 08/05/2013 05:12 EDT

Francophonie: démission d'une responsable québécoise aux méthodes "rigides"

La présidente de l'Office québécois de la langue française (OQLF), Louise Marchand, a annoncé vendredi sa démission, qui survient peu de temps après des controverses suscitées par des interventions de l'organisme auprès de commerçants montréalais.

Sans la critiquer directement, la ministre québécoise de l'Immigration et des Communautés culturelles, qui gère aussi l'application de la Charte de la langue française et donc supervise l'OQLF, Diane De Courcy, a dit que "les temps avaient changé" et que, tout en préservant son rôle de gardien du français, l'Office devait s'abstenir d'utiliser des "méthodes très rigides".

Des commerçants se sont plaints récemment du zèle de certains inspecteurs de l'OQLF qui avaient notamment stigmatisé l'utilisation, dans le menu d'un restaurant italien, des termes "calamari" et "pasta".

Les médias de Montréal ont rapporté un autre incident, lors duquel un inspecteur a critiqué un élément de décoration dans un restaurant, souvenir rapporté d'une province anglophone, qui contenait le mot "Exit".

Mme De Courcy a annoncé des mesures pour apaiser les tensions, dont notamment l'annonce préalable de visites d'inspection et la création d'un poste de médiateur chargé d'intervenir dans les conflits avec les commerçants.

via/mdm