NOUVELLES
11/03/2013 08:18 EDT | Actualisé 11/03/2013 08:19 EDT

La Floride: devenir nomade pour mieux la parcourir... de long en large (PHOTOS)

Sandra Bellefoy

Il fut un temps lointain où les grands voyageurs se composaient soit de guerriers, soit de pèlerins ou encore d’irréductibles aventuriers. Puis, avec les carrioles, les calèches et les diligences, les voyageurs se mirent à visiter toutes sortes de contrées sans avoir à marcher.

De nos jours, la notion de distance rétrécit à mesure que le progrès nous transporte. Les voyageurs modernes privilégient l’avion, qui s’inscrit parfaitement en notre ère pressée où règne l’instantané.

Les pèlerinages actuels ne sont plus guidés par la foi, mais par le besoin de changer d’air.

Qui se souvient de cette époque révolue où il fallait quatre à six jours pour aller de Québec à Montréal par le chemin du Roy?

Et qui n’a jamais rêvé, au creux de l’hiver, de prendre la route pour aller le plus au sud possible tout en chantant «Demain l’hiver» de Charlebois?

Ainsi, chaque année, plus d'un million de Québécois plient bagage et prennent le large en direction de la Floride. C’est le pèlerinage du soleil…

Aussi, pour mieux en expérimenter les diverses sensations, j'ai pris la route en direction de Key West au volant d’une Chevrolet Equinox fraîchement sortie de l’usine.

Accompagnée de mon copilote de mari et de ma puce de sept ans, j'ai descendu les quelque 3000 kilomètres qui séparent Montréal de la localité la plus au sud des États-Unis.

Au volant de cette confortable voiture, équipée d’un système de navigation dernier cri, on est bien loin des voyages en carriole d’antan.

En fait, ce système de navigation est si performant qu’il devient difficile de se crêper le chignon avec son mari... puisque se perdre en chemin est impossible!

Sur la route, on prend le temps d’apprécier ces moments de gentillesse gratuite qui font du bien au cœur.

Quelque part entre New York et Baltimore, manquer de sous à un péage. Chercher la moindre pièce qui traîne pour finalement voir la jeune fille fouiller dans son sac, avec le sourire et trouver la monnaie manquante. Lui offrir une pièce canadienne en échange pour la voir sourire encore plus! De ces sourires emplis de pure gentillesse qui donnent espoir en notre humanité.

En voyage, il y a de ces furtives rencontres qui font du bien au cœur...

Arrêt ravitaillement quelque part en Virginie. Amusée par la serveuse, super gentille, qui tripe sur mes boucles rouges. S'ensuit une conversation de cheveux qui fait écarquiller les yeux de l'homme. Arrivent une autre serveuse, puis une autre, intriguée par notre parler français. Une heure plus tard, la moitié de la place est venue jaser avec nous. Une tonne de sourires plus tard, on arrive à décoller. Un exemple parmi bien d’autres de ces furtives rencontres qui font l'âme du voyage...

Avaler les kilomètres pour pleinement réaliser la distance parcourue et s’imprégner de la i95, qui déploie devant elle toutes sortes de paysages où s’alternent les saisons.

Quelque part en Virginie, ma puce explique: «Maman, lundi c'était l'hiver, hier c'était l'automne, aujourd'hui c'est le printemps et demain ce sera l'été! D'habitude les saisons c'est long, mais là c'est juste une journée!»

En traversant la Géorgie, les arbres bourgeonnent et la lumière dore le jour. S’étonner d’apercevoir, sous la lune pleine, une dizaine de cerfs brouter l’herbe des bas côtés de la route. S’arrêter à Savannah sur le coup de minuit et transférer la puce endormie dans son lit.

Au petit matin, l’enfant se réveille, regarde par la fenêtre et s’exclame: «Waouh, maman regarde y'a un palmier! Est-ce que c'est un rêve?». Presque ma fille, presque…

Le road trip, c'est indéniablement la liberté au bout du volant. Descendre vers le Sud et rouler jusqu’au moment où l’on décide de trouver un hôtel pour y passer la nuit.

Sans se casser la tête, on déniche un hôtel où dormir grâce à Hotwire, une heure avant de s’arrêter. On en profite pour faire des économies qui font plaisir au portefeuille.

Après trois jours de route d’affilée, on arrive enfin sous le soleil de Floride...

Passer dire bonjour à Mickey, se transformer en «foodies» à Miami, s’imprégner d’Art déco, saluer les dauphins des Keys, absorber les vibrations particulières de Key West, avant de remonter la côte qui longe le golfe du Mexique pour y dénicher les meilleures plages et récolter ces coquillages qui susurrent les secrets des vagues sur le sable blanc. Un peu d’alligators avec ça?

Ne manquez pas nos aventures au soleil! À suivre en différents épisodes dans les prochaines semaines…

* Le voyage a été rendu possible avec la collaboration de Chevrolet.

INOLTRE SU HUFFPOST

La Floride: devenir nomade pour mieux la parcourir