NOUVELLES
08/03/2013 10:07 EST | Actualisé 18/10/2017 15:10 EDT

Des pilleurs de guichets automatiques arrêtés

Un groupe de voleurs spécialisé dans le pillage de guichets automatiques en moins de trois minutes doit faire face à la justice au Québec et en Ontario.

Les quatre individus arrêtés jeudi, dont trois Québécois, ciblaient les machines sur pied que l'on retrouve dans les centres commerciaux et les marchés aux puces. Ils s'introduisaient dans les commerces après leur fermeture, coupaient la serrure du guichet à l'aide d'une torche pour ensuite forcer la machine avec une barre de fer et la vider de son contenu. Ensuite, ils quittaient les lieux rapidement.

Les quatre hommes seraient reliés à 133 introductions par effraction et vols, dont 70 commis en Ontario, 22 à Laval, 35 à Montréal et six autres crimes similaires à Blainville, Mascouche, Saint-Jérôme et Québec. La valeur totale des pertes se chiffre à plus d'un million de dollars.

Réjean Lavigne, âgé de 48 ans, et son fils Maxime Lavigne, âgé de 24 ans, tous deux de Laval, ont comparu quelques heures au Palais de justice de Toronto après leur arrestation jeudi. Ils ont été formellement accusés d'introduction par effraction et vol, tout comme Pierre Poirier, âgé de 51 ans, de Saint-Gabriel-de-Brandon, dans Lanaudière et William Nolin, âgé de 43 ans, de Niagara en Ontario. Tous ces individus demeurent détenus en attendant leur prochaine comparution.

Les accusés seront ensuite rapatriés au Québec où ils devraient faire face aux mêmes accusations au Palais de justice de Montréal.

À la police de Laval, le constable Franco Di Genova de la section des affaires publiques a indiqué que Réjean et Maxime Lavigne ainsi que Pierre Poirier avaient déjà des antécédents judiciaires en semblable matière.

Mise à jour

Le 9 janvier 2017, la Cour de l'Ontario a suspendu les 67 chefs d'accusations déposés contre Réjean et Maxime Lavigne. Les accusations seront définitivement abandonnées dans un an, à moins d'infraction criminelle de leur part. Au Québec, aucune accusation n'a été portée dans ce dossier contre MM. Lavigne.

Par ailleurs, une version précédente de cet article omettait de mentionner que les informations contenues dans le premier paragraphe étaient de source policière. Il est à noter que ces informations n'ont pas été mises en preuve devant le tribunal.