NOUVELLES
28/02/2013 04:10 EST | Actualisé 30/04/2013 05:12 EDT

RDCongo: 36 morts dans des combats au Nord-Kivu, annonce l'ONU

Trente-six personnes dont 10 civils ont été tués dans des combats qui opposent depuis deux jours des soldats congolais et un groupe armé au Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a indiqué jeudi l'ONU.

Trois à quatre mille civils ont trouvé refuge "autour de la base de la Monusco" (Mission de l'ONU en RDC) à Kitchanga, proche des combats, et "la situation reste tendue" dans cette zone, a ajouté Eduardo del Buey, porte-parole adjoint de l'ONU.

Il n'a pas été en mesure de dire si les civils se trouvaient dans l'enceinte de la base mais a rappelé que le mandat de la Monusco était de "protéger les civils".

Les combats opposent l'armée gouvernementale à des membres de l'Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS). Parmi les 36 morts figurent dix civils, six soldats de l'armée régulière et 20 membres de l'APCLS, a précisé un responsable du département des opérations de maintien de la paix de l'ONU.

"La Monusco surveille de près la zone, en particulier avec ses hélicoptères de combat", a indiqué le porte-parole.

L'ONU avait fait état mercredi d'un blessé dans les rangs de la Monusco, indiquant que son état de santé était "stable".

Ces affrontements se produisent quelques jours après la signature, dimanche dernier à Addis Abeba, par 11 pays de la région et sous l'égide de l'ONU, d'un accord-cadre censé améliorer la sécurité dans l'est de la RDC, une région riche en minerais en proie à des rébellions depuis deux décennies.

La Mission de l'ONU pour la stabilisation du Congo (Monusco), forte de 17.000 hommes, a été critiquée pour n'avoir pas pu mettre fin aux violences au Nord-Kivu, notamment lors de la prise de la capitale provinciale Goma l'an dernier par les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23). Le M23 s'est retiré ensuite de Goma, mais reste actif dans la région.

Depuis, l'ONU étudie les moyens de renforcer la Monusco, en particulier en créant en son sein une "brigade d'intervention" de 2.500 hommes.

Dans un rapport adressé mercredi au Conseil de sécurité, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon indique que cette future brigade "mènera des opérations offensives ciblées", par elle-même ou aux côtés de l'armée congolaise, et qu'elle devrait disposer d'hélicoptères d'attaque et de transport supplémentaires.

avz/mdm