Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Mouvement Desjardins: les fusions se poursuivront au moins jusqu'en 2015

MONTRÉAL - Les fusions de caisses au Mouvement Desjardins se poursuivront au moins jusqu'en 2015, a indiqué jeudi un porte-parole, André Chapleau.

Il y a quelques semaines, la présidente et chef de la direction de la coopérative financière, Monique Leroux, avait déclaré à La Presse Canadienne que la taille actuelle du réseau des caisses répondait bien aux besoins des membres.

Or, dans une lettre que Mme Leroux a envoyée en mai 2012 aux présidents de caisses et que La Presse Canadienne a obtenue jeudi, la dirigeante aborde le plan «vision 2015», qui prévoit de nouvelles fusions de caisses jusqu'en 2015. Selon M. Chapleau, le plan fixe à environ 325 le nombre «optimal» de caisses en 2015.

On compte actuellement 397 caisses et quelque 900 centres de services Desjardins au Québec. Il y a dix ans, on dénombrait environ 800 caisses et 750 centres de services.

Au cours d'un entretien téléphonique, jeudi, André Chapleau a expliqué que le plan «vision 2015» avait pour but de coordonner à l'échelle du Québec les fusions de caisses. Le plan prévoit notamment de limiter à environ 50 000 membres la taille d'une caisse issue d'un regroupement de façon à maintenir «la proximité avec les membres et la qualité de la vie associative».

Le hic, pour les habitants de petites municipalités, c'est que les fusions ouvrent parfois la voie à des fermetures d'établissements et à des réductions de services.

Isabelle Cadrin, qui craint la fermeture du centre de services de Saint-Vallier, dans la région de Bellechasse, entend mobiliser les autres membres de Desjardins inquiets à travers le Québec dans l'espoir de convaincre la coopérative de mettre un terme rapidement aux fusions et aux fermetures.

M. Chapleau a assuré jeudi que Desjardins n'avait pas l'intention de fermer le centre de services de Saint-Vallier. Il a ajouté que le Mouvement faisait preuve de créativité pour maintenir les services dans les petites municipalités. C'est ainsi qu'à Piopolis, en Estrie, on a installé dans un magasin général un ordinateur avec caméra vidéo qui permet aux membres de parler avec les employés de la Caisse de la Région de Mégantic.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.