NOUVELLES
28/02/2013 12:28 EST | Actualisé 30/04/2013 05:12 EDT

Malcolm Subban, dans la LNH à 19 ans?

AP
Team Canada goalie Malcolm Subban looks upice during hockey practice at the IIHF World Junior Championships in Ufa, Russia, Thursday, Dec. 27, 2012. (AP Photo/The Canadian Press, Nathan Denette)

BELLEVILLE - Tout joueur de hockey repêché souhaite faire le saut dans la Ligue nationale et rêve à un parcours rapide vers le sommet. Mais les gardiens doivent généralement se montrer plus patients.

Marc-André Fleury, membre des Penguins à 18 ans, fait partie des exceptions. Même Carey Price et Steve Mason, dans la LNH de façon régulière dès l'âge de 20 ans, ont connu un début de carrière précoce. Mais on parle plus d'exceptions que de la règle.

N'allez pas dire ça à Malcolm Subban. Le jeune frère de P.K., repêché par les Bruins de Boston au 1er tour (24e au total) en juin dernier, se voit dans la LNH dès l'automne prochain et ce, même s'il soufflera 20 bougies à la fin décembre.

Quand Radio-Canada lui a demandé, à l'issue d'un entraînement des Bulls de Belleville, comment il entrevoit l'ascension dans la Ligue américaine l'an prochain, sa réponse en disait long.

« Mon but est de jouer avec les Bruins. Mais si je vais dans la Ligue américaine, je travaillerai fort pour profiter de ma chance », a indiqué Subban.

L'entraîneur des gardiens des Bulls est catégorique : Subban pourrait mêler les cartes en septembre prochain, d'autant plus que l'auxiliaire de Tuukka Rask, Anton Khudobin, sera sans contrat à l'issue de la saison.

« Il a le potentiel pour le faire, martèle le Québécois Sébastien Farrese, en poste depuis 2005 à Belleville. S'il arrive là avec de la confiance en ses moyens, il va réussir. »

Déjà membre des Bruins

La première chose qui frappe l'esprit en voyant Subban sur la patinoire, c'est le logo des Bruins peint à l'arrière de son casque.

« Le logo est une métaphore pour dire que c'est dans le fond de mon esprit. Je suis entièrement concentré sur mon travail ici, mais je pense aussi aux Bruins. »

Plus concrètement, Subban est déjà en relation étroite avec sa future équipe. Le lock-out a permis à Claude Julien et au directeur général Peter Chiarelli de venir l'épier en personne. L'entraîneur des gardiens des Bruins, Bob Essensa, a aussi rencontré Subban et Farrese.

« On a jasé 30 minutes avec Bob, on a regardé des vidéos avec Malcolm, raconte Farrese. On s'est entendu sur quoi travailler avec Malcolm pour que Bob n'ait pas trop de choses à changer l'an prochain. Et s'il y a du nouveau, je lui envoie de nouvelles vidéos par courriel. »

Transformé

Subban fait partie des raisons qui expliquent la récente séquence de 10 victoires de suite des Bulls. Sa moyenne de buts accordés de 2,16 est la meilleure de la Ligue junior de l'Ontario, tout comme son taux d'efficacité de ,933.

Il a visiblement bien traversé la tempête du Championnat du monde junior, d'où le Canada est reparti sans médaille pour la première fois en 14 ans.

« Ses statistiques sont bonnes et il mérite du crédit, croit l'entraîneur-chef des Bulls, George Burnett. Il a dû accepter son lot de critiques, plus que les autres joueurs, en tant que gardien de l'équipe nationale. Il a enduré plusieurs choses qu'aucun jeune de 19 ans ne devrait endurer, dans les médias sociaux, venant de Canadiens, et pas seulement sur le hockey, mais des trucs raciaux aussi. Il a bien géré le tout. C'est une famille qui ne cherche pas d'excuses. »

« Tu essaies de ne pas trop y prêter attention, les gens ont droit à leur opinion, c'est pour ça que les réseaux sociaux existent », répond simplement Subban lorsque questionné sur ce qu'il a pu lire sur Twitter.

Quoi qu'il en soit, ce tournoi est derrière lui. Et avant de penser à l'étape suivante, Malcolm Subban se concentre justement sur un autre tournoi.

« J'y pense encore parfois, mais je sais que ça fait partie du passé. Mon but est de gagner la Coupe Memorial ici et de passer à l'autre niveau. »

INOLTRE SU HUFFPOST