NOUVELLES
28/02/2013 06:12 EST | Actualisé 30/04/2013 05:12 EDT

La situation humanitaire des réfugiés syriens se détériore, prévient Oxfam

BEYROUTH - Les rebelles syriens ont affronté les forces gouvernementales jeudi près d'une mosquée du 12e siècle dans la vieille ville fortifiée d'Alep, ont indiqué des militants.

Les rebelles ont reçu un nouvel appui, celui de l'administration Obama. Les États-Unis ont promis 60 millions $ en aide et, dans un changement de politique majeur, offriront pour la première fois une aide non militaire directe aux rebelles, comme un approvisionnement en vivres et en médicaments.

Le secrétaire d'État américain, John Kerry, a fait part de la décision de soutenir les rebelles en marge d'une conférence internationale sur la Syrie à Rome, où les pays européens devaient également signaler leur intention de fournir une nouvelle aide à l'opposition, possiblement sous forme de matériel militaire.

Les rebelles ont fait un certain nombre de gains stratégiques dans le nord du pays au cours des dernières semaines, dont la prise d'un barrage hydroélectrique et de quelques bases militaires. Ils ont également lancé des attaques dans le cœur de la capitale, Damas, siège du pouvoir du président Bachar al-Assad.

La situation humanitaire se détériore rapidement en Syrie, a prévenu jeudi l'organisation humanitaire britannique Oxfam, alors que le nombre de réfugiés explose et que les fonds manquent pour venir en aide à ceux qui sont touchés par la guerre civile.

L'organisation a ajouté que la crise syrienne pourrait bientôt avoir fait un million de réfugiés, ce qui concrétiserait le scénario le plus pessimiste formulé par les Nations unies.

Environ 5000 réfugiés fuient quotidiennement la Syrie à destination des pays limitrophes, principalement la Jordanie, le Liban et la Turquie — un bond de 36 pour cent par rapport à décembre. La Jordanie a reçu, à elle seule, 50 000 nouveaux réfugiés en février, après l'intensification des combats dans le sud de la Syrie.

Cet afflux de réfugiés fait porter un fardeau énorme à ces pays et pourrait déstabiliser la région, a averti le responsable de la crise syrienne pour Oxfam, Francis Lacasse.

M. Lacasse a déploré que seulement 20 pour cent des 1,5 milliard $ US promis par les États-Unis et d'autres pays lors d'une conférence des donateurs au Koweït, le mois dernier, se soient concrétisés. Il a expliqué que les organisations humanitaires ont un besoin urgent de ces fonds pour continuer à offrir de la nourriture, de l'eau et des abris aux réfugiés.

Par ailleurs, le président russe Vladimir Poutine a déclaré jeudi que la Russie devrait écouter quelques-uns des arguments de la France au sujet de la Syrie — autour d'une bouteille de vodka, et pas seulement du vin.

M. Poutine a fait ce commentaire après un entretien au Kremlin avec le président français, François Hollande, qui aurait fait, selon le président russe, de nouvelles propositions sur une sortie de crise en Syrie.

Vladimir Poutine n'a offert aucun détail sur les stratégies proposées par la France.

M. Hollande avait déclaré plus tôt à la radio Ekho Moskvy que la position de M. Poutine pourrait déterminer avec quelle rapidité la paix sera rétablie en Syrie.