NOUVELLES
28/02/2013 02:26 EST | Actualisé 30/04/2013 05:12 EDT

L'Impact veut commencer la saison en force afin d'atteindre les éliminatoires

Getty Images
ORLANDO, FL - FEBRUARY 16: Midfielder Andrea Pisanu #31 of the Montreal Impact celebrates after a first-half goal against DC United February 16, 2013 in the third round of the Disney Pro Soccer Classic in Orlando, Florida. (Photo by Al Messerschmidt/Getty Images)

MONTRÉAL - À sa deuxième saison dans la Major League Soccer, l'Impact de Montréal se dit prêt à passer à la prochaine étape.

Guidée par son nouvel entraîneur, Marco Schällibaum, l'équipe a comme objectif une participation aux éliminatoires et tout laisse croire qu'il n'est pas fou d'espérer voir l'Impact jouer des matchs en novembre.

L'an dernier, l'équipe a connu ses meilleurs moments au mois d'août, enchaînant cinq victoires, après avoir passé les premiers mois de la saison à changer à répétition son personnel de joueurs. Le club montréalais a finalement terminé septième dans l'Est avec une fiche de 12-16-6.

Avec 20 joueurs de retour en 2013, la principale différence se retrouvera sur le banc de l'équipe, avec Schällibaum, qui a remplacé Jesse Marsch en tant qu'entraîneur, puisque ce dernier ne cadrait plus dans la philosophie de l'équipe.

Schällibaum, âgé de 50 ans, semble déjà avoir déjà gagné la faveur de ses joueurs, qui en retour, semblent très confortables dans son système de jeu 4-1-4-1.

«Tout le monde adhère à sa philosophie, a mentionné le milieu de terrain longueillois Patrice Bernier, joueur par excellence de l'Impact la saison dernière et meilleur buteur de l'équipe avec neuf buts. Il veut un peu plus de rapidité au niveau de la mobilité, de la possession de jeu, qu'on soit un peu moins prévisible qu'avant.»

Pour sa part, Schällibaum est satisfait de la vitesse à laquelle les joueurs ont assimilé son système.

«Ça veut dire qu'ils sont intelligents, a noté le Suisse. C'est vrai qu'ils ont appris assez vite. Il y a quelques détails à travailler encore, mais jusqu'ici, je suis vraiment content parce que j'ai atteint mes buts.

«Il faut vouloir apprendre dans la vie, c'est important. Si tu n'en as pas envie, tu vas apprendre plus lentement. C'est vraiment une équipe qui est très positive et je suis vraiment fier d'être le 'coach' de cette équipe.»

Pour atteindre ses objectifs, l'Impact devra éviter un début de saison difficile comme celui de l'an dernier. L'équipe n'avait signé qu'une victoire à ses huit premiers matchs (1-5-2). La bonne nouvelle, c'est que la formation montréalaise a connu du succès dans sa préparation, gagnant la Classique Disney pendant son camp d'entraînement.

«Gagner, c'est une habitude, tout comme perdre, a philosophé le défenseur Jeb Brovsky. C'est un peu aussi à ça que servent les matchs préparatoires. Vous retrouvez vos jambes, vous retrouver la forme, mais vous voulez aussi gagner et je crois que c'est ce que nous avons fait.»

Deux bons tests à l'étranger

L'Impact voudra aussi faire mieux qu'une performance de 2-12-3 à l'étranger et amorcera la saison avec deux défis de taille, face aux Sounders de Seattle — ce samedi — et aux Timbers de Portland la semaine suivante.

«Ce sont des bons tests, a admis Bernier. Seattle, on sait que c'est là où les foules sont les plus importantes. C'est une équipe qui joue très bien à domicile, qui joue du soccer offensif, donc c'est un bon test. Portland, c'est un autre endroit où ce n'est pas facile. Ils ont changé beaucoup de joueurs. Ils ont différents atouts cette année. Ce sera deux matchs à l'extérieur qui vont nous permettre de tester le caractère de l'équipe.»

Si l'on se fie à la formation partante de l'Impact lors de la finale de la Classique Disney, le nouveau venu Andrea Pisanu pourrait être le seul nouveau visage dans le onze partant.

Troy Perkins, acquis en fin de saison l'an dernier, devrait être le gardien titulaire, avec Alessandro Nesta et Matteo Ferrari en défense centrale. Hassoun Camara devrait être à droite et Brovsky à gauche.

Bernier devrait être utilisé comme milieu de terrain défensif, avec Justin Mapp à gauche, Pisanu à droite et Felipe et le capitaine Davy Arnaud au centre. Marco Di Vaio, joueur désigné de l'équipe, demeure le seul attaquant en pointe.

L'équipe espère voir Pisanu et Di Vaio développer une belle complicité sur le terrain. Plusieurs jeux ont échoué la saison dernière parce que Di Vaio était hors jeu en raison d'un manque de synchronisme avec ses coéquipiers. Il a inscrit cinq buts en 17 matchs après son arrivée en juin, mais on s'attend à une meilleure production de sa part en 2013.

«Marco arrive cette fois avec un calendrier préparatoire dans les jambes, a noté Bernier. Nesta, la même chose. Chaque saison est différente, en espérant que tout le monde joue très bien et que nos joueurs se démarquent tout au long de la saison.»

L'Impact disputera son premier match local le 16 mars, au Stade olympique, alors que le Toronto FC sera le visiteur.