Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Déficit des caisses de retraite : L'Ancienne-Lorette craint une facture salée

Le maire de L'Ancienne-Lorette craint de faire les frais du déficit des caisses de retraite de la Ville de Québec. Émile Loranger, qui conteste la quote-part réclamée aux villes défusionnées pour les services communs, redoute de recevoir une autre facture salée à payer.

Le trou dans les caisses de retraite des employés municipaux atteint 624 millions de dollars, selon les prévisions de la Ville de Québec. En faisant une règle de trois, le maire Émile Loranger conclut que sa municipalité - dont le poids représente 6 % de l'agglomération de Québec - pourrait recevoir une facture de 40 millions de dollars.

« J'ai fait des calculs rapides. Saint-Augustin et L'Ancienne-Lorette, on va se faire "clencher" pour à peu près 40 millions et on n'a rien à voir là-dedans. Soyez certains que c'est un dossier que je suis de très près. J'ai déjà déclaré que ma seule raison d'être encore ici, c'est ce dossier pis je le lâcherai pas », a déclaré Émile Loranger, au conseil municipal, mardi soir.

Vérifications faites auprès de la Ville de Québec, si cette dernière décidait de renflouer le déficit, la part assumée par les deux villes défusionnées s'élèverait plutôt à environ 8 millions de dollars. Dans son calcul, le maire Loranger doit soustraire du déficit global de 624 millions, un montant de plus de 200 millions qui correspond au trou dans les fonds de retraite des employés de l'ancienne Ville de Québec.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.