NOUVELLES
28/02/2013 08:04 EST | Actualisé 30/04/2013 05:12 EDT

Bagdad annonce la libération de 4.000 prisonniers depuis début 2013

Les autorités irakiennes ont annoncé jeudi la libération de 4.000 prisonniers depuis le début de l'année, dans une tentative apparente de calmer les régions à majorité sunnite qui manifestent depuis des semaines contre le régime dominé par les chiites.

Parmi les revendications des manifestants sunnites figurent la libération des prisonniers injustement incarcérés selon eux, ainsi que le départ du Premier ministre Nouri al-Maliki, un chiite, accusé d'accaparer le pouvoir.

Quatre mille prisonniers ont été libérés depuis le début janvier 2013, a déclaré le vice-Premier ministre Hussein Chahristani lors d'une cérémonie à Bagdad à l'occasion de laquelle 160 détenus ont été relâchés.

Certains des prisonniers qui ont été détenus pendant des années peuvent demander des compensations s'ils n'ont pas été reconnus coupables de crimes, a-t-il dit.

"Je rêve! Je ne croirai (à ma libération) que lorsque je serai hors de ces murs", a déclaré à un journaliste de l'AFP l'un des 160 prisonniers, Najeh Ali Chimmar, détenu pendant près de dix ans sans procès.

"J'ai été arrêté en octobre 2003 par les forces américaines pour avoir violé un couvre-feu, a indiqué ce cinquantenaire, père de deux filles. "Au bout de deux ans, les forces américaines m'ont remis aux forces irakiennes", a-t-il dit, affirmant que les Irakiens l'avaient ensuite accusé d'avoir commis des crimes alors même qu'il était en prison.

"Les enquêteurs ont attendu huit ans avant de présenter mon cas au juge. Même le juge a été choqué quand il m'a vu après toute cette période, et a décidé de me libérer immédiatement", a-t-il ajouté. "J'ai fait l'objet d'une énorme injustice".

"La justice coopère désormais avec nous pour mettre un terme à ce type de cas et faciliter les procédures", a indiqué M. Chahristani.

ak-mah/vl/tp