Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Syrie : Washington se limite à l'aide humanitaire

Le conflit syrien semble poser un problème à l'administration de Barack Obama. Après près de deux ans d'un conflit sanglant ayant fait 70 000 morts, selon l'ONU, Washington n'a toujours pas répondu clairement à la question : faut-il armer ou pas l'opposition syrienne?

Ces derniers jours, des bruits couraient dans les médias faisant état d'une prochaine décision des Américains d'armer les rebelles syriens. Mais mercredi, la Maison-Blanche a annoncé qu'elle allait accroître l'aide humanitaire au peuple syrien et offrir une aide non létale à l'opposition syrienne.

Le porte-parole du président américain, Jay Carney, a toutefois précisé que le gouvernement américain réexaminait « en permanence » l'aide à la population et à l'opposition.

L'opposition syrienne réclame avec insistance depuis des mois une aide militaire aux puissances occidentales, notamment les États-Unis, mais son appel n'a pas été entendu.

Récemment, le secrétaire à la Défense, Leon Panetta, a reconnu devant un comité du Sénat que la CIA avait élaboré un plan pour armer les rebelles, mais le président Obama a refusé d'appliquer le plan.

À la veille d'une réunion des « Amis de la Syrie », jeudi à Rome, un dirigeant de l'opposition syrienne, Riad Seïf, a déclaré que les rebelles allaient demander à la communauté internationale « un soutien politique et humanitaire » ainsi qu'« un appui militaire qualitatif ».

« Nous demandons à nos amis de nous apporter tout leur soutien pour que nous parachevions nos avancées sur le terrain et pour nous aider à parvenir à une solution politique en position de force, non de faiblesse », a dit ce responsable de la Coalition nationale syrienne (CNS).

Selon le Washington Post, les Américains pourraient fournir des gilets pare-balles, des véhicules équipés d'armes et des formations militaires aux insurgés.

Le secrétaire d'État américain, John Kerry, a indiqué lundi que Barack Obama réfléchissait à de nouvelles mesures pour répondre aux « obligations [des États-Unis)] à l'égard du peuple innocent ».

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.