NOUVELLES
26/02/2013 06:06 EST | Actualisé 28/04/2013 05:12 EDT

Les sanctions contre l'Iran plongent le pays au bord de la récession (rapport américain)

Les sanctions infligées à l'Iran en raison de son programme d'enrichissement d'uranium plombent l'économie du pays, qui a décru de 1,4% l'année dernière, notamment en raison d'une chute des exportations de pétrole, selon un rapport du gouvernement américain publié mardi.

"La combinaison des sanctions américaines et internationales en matières commerciale et financière a eu un effet négatif sur l'économie iranienne et ses perspectives futures", conclut le rapport élaboré par un organisme d'audit du Congrès américain chargé de contrôler les comptes publics (GAO).

Cette étude intervient alors que les grandes puissances du groupe 5+1 (les cinq membres du Conseil de sécurité de l'ONU --Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Chine-- plus l'Allemagne) et l'Iran ont procédé mardi au Kazakhstan à leur première journée de négociations sur le programme nucléaire iranien. Les discussions doivent se poursuivre mercredi.

L'Iran est sous la coupe de sanctions qui visent à faire plier le régime de Mahmoud Ahmadinejad sur son programme nucléaire. Téhéran refuse d'interrompre ses activités d'enrichissement d'uranium, assurant qu'il s'agit d'un programme de nucléaire civil.

Depuis le renforcement des sanctions il y a trois ans, "les exportations de pétrole iranien ont baissé de 18% entre 2010 et 2012, alors que celles de pays comparables ont augmenté de 50%", note le GAO.

La capacité de l'Iran à vendre son pétrole à des pays étrangers a été fortement réduite, tout comme son accès à nombre de banques et d'institutions financières.

Sa monnaie s'en est trouvée sévèrement dépréciée, faisant courir l'inflation dans le pays, qui a progressée de 27% à la fin 2012, selon l'étude. Le taux de chômage, de son côté, est prévu pour osciller entre 15% et 16,6% dans les prochaines années.

Se basant entre autres sur des données du Fonds monétaire international (FMI), le GAO souligne que le PIB iranien a baissé de 1,4% en 2012, et cite le cabinet IHS Global Insight qui prévoit une nouvelle contraction de 1,3% en 2013.

Selon ce cabinet, ajoute le GAO, les sanctions "vont sans doute pousser l'économie iranienne en récession".

Face aux dommages causés, l'Iran a mis en place des systèmes d'échanges non financiers, tel le troc de pétrole contre de la nourriture, des médicaments, etc, notamment avec l'Inde, indique le rapport. Mais cela "n'a pas complètement compensé les exportations réduites" vers l'Europe et d'autres pays.

jkb/lor/bdx