NOUVELLES
26/02/2013 01:33 EST | Actualisé 28/04/2013 05:12 EDT

Le chef d'Ansar Dine, allié d'Aqmi, sur la liste antiterroriste américaine

Les Etats-Unis ont ajouté mardi à leur liste antiterroriste le chef charismatique de la communauté touareg au Mali, Iyad Ag Ghali, à la tête du mouvement islamiste Ansar Dine, visé pour ses liens "étroits" avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Ses avoirs éventuels aux Etats-Unis sont par conséquent gelés, et les Américains n'ont plus le droit d'effectuer de transactions avec lui.

"Iyad Ag Ghali est le chef d'Ansar Dine, une organisation active au Mali et qui coopère étroitement avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi)", indique le département d'Etat dans un communiqué. L'homme a fondé ce groupe "en raison de ses idées extrémistes", explique-t-il.

Washington accuse le jihadiste, fils d'éleveurs nomades du Nord-Mali, d'avoir reçu le soutien d'Aqmi lors des attaques des villes de Aguelhoc, Tessalit, Kidal, Gao et Tombouctou "entre janvier et avril 2012".

Les membres d'Ansar Dine se sont, selon le même communiqué, livrés à du "harcèlement, de la torture et des exactions" contre les citoyens maliens qui ne se pliaient pas à la loi imposée par eux avant l'intervention des troupes françaises dans la région en janvier 2013.

C'est en 1990 qu'Iyad Ag Ghali prend les armes dans une rébellion touareg contre le gouvernement du Mali. Il est alors le chef politique et militaire du Mouvement populaire de libération de l'Azawad (MPLA).

Après les accords de paix de 1992, il s'est érigé en principal négociateur pour la paix avec le gouvernement malien.

En 2006, Iyad Ag Ghali a pris les commandes des attaques de rebelles sur les postes militaires de la région de Kidal, à 1.500 km de Bamako. Il fait aussi partie de la liste noire du comité des sanctions de l'ONU contre Al-Qaïda.

Ansar Dine (Défenseurs de l'islam) milite pour l'instauration de la charia au Mali. Avec Al-Qaïda au Maghreb islamique, ils ont occupé Tombouctou pendant dix mois, ont commis dans le Nord de très nombreuses exactions, au nom d'une interprétation rigoriste de l'islam: amputations, coups de fouets aux couples "illégitimes", aux fumeurs...

Ils ont imposé le port du voile intégral aux femmes, interdit la mixité dans les écoles, interdit le football, la danse, la musique et l'alcool.

jkb/lor/bdx