DIVERTISSEMENT
26/02/2013 07:11 EST | Actualisé 27/02/2013 02:24 EST

Catherine Renaud: deux téléromans au Québec et une télésérie en Suisse! (ENTREVUE)

Catherine Renaud

Après avoir accumulé de petits et moyens rôles à la télévision québécoise pendant dix ans, Catherine Renaud mène désormais trois séries de front. Interprète de Valérie dans O’ et de Flavie dans Mémoires vives, la comédienne tient également le premier rôle d’une série policière en Suisse depuis l’an dernier.

Catherine Renaud se souvient très bien du jour où elle a entendu l’appel du jeu. « Pour mes 16 ans, mon parrain et marraine m’ont invitée au TNM pour voir la pièce Tartuffe de Molière. Même si j’étais assise dans la dernière rangée au parterre, j’ai pleuré en voyant Gérard Poirier au moment de la trahison. À ce moment-là, j’ai eu une révélation. Je voulais jouer ! »

Dès la fin de sa formation en interprétation théâtrale au Cégep de St-Hyacinthe en 2003, la jeune femme a reçu une offre de Luce Pelletier pour aller jouer à Chypre. « J’étais super intéressée, mais j’avais un projet de pièce autogérée dans un théâtre d’été à St-Ours avec cinq collègues de classe. Je ne voulais pas débuter ma carrière en laissant tomber mes premiers collègues de vie, alors je suis restée avec eux. L’année suivante, Luce m’a proposé de jouer dans le chœur de la pièce Elektra à l’Espace GO, et on est allé à Chypre ! »

Depuis ses débuts, la comédienne a tenu de petits rôles dans Emma, Casino, Lance et compte, Rumeurs, Les hauts et les bas de Sophie Paquin, Les Invincibles, Aveux, Mauvais Karma et 30 vies, en plus d’être la voix officielle de Vrak-Tv de 2009 à 2011. « Mes rôles épisodiques ont été très formateurs. Chaque fois, j’arrivais sur des plateaux où tout le monde se connaissait et je devais faire ma place en peu de temps. Je donnais tout ce que j’avais, mais j’avais hâte d’avoir un rôle majeur. Heureusement, j’ai travaillé beaucoup en faisant des voix, de la narration, de la publicité et de la surimpression vocale. »

Vient alors un premier rôle dans O’ : celui de Valérie Mills, la sœur de Deborah, interprétée par Fanny Mallette. « Mon personnage sort d’un hôpital psychiatrique et mène une vie très instable. Quand elle découvre que sa sœur a eu une aventure avec M. Ohara et qu’elle est enceinte, elle veut le faire payer et venger son filleul décédé. Plusieurs personnes disent à ma mère à quel point ils haïssent mon personnage. »

Si O’ permet aux téléspectateurs de découvrir le caractère de Catherine Renaud, l’actrice peut également laisser libre-cours à une autre facette de son jeu dans Mémoires Vives. « Flavie est aussi solide que fragile. C’est une passionnée qui aime son travail de psychiatre et qui est toujours présente pour sa famille. Je me suis beaucoup inspiré de ma grande sœur qui est comme ma deuxième mère, alors que je suis davantage la petite sœur explosive comme Mathilde dans l’émission. Dans les prochains épisodes, on va découvrir les failles et les blessures de Flavie. Ce n’est pas facile pour elle de donner de la place à ses émotions. »

En plus de suivre Flavie à son travail et dans sa famille, les auteurs Chantal Cadieux et Patrick Lowe tenaient à dévoiler sa vie amoureuse. « Ils ont décidé de ne pas faire un plat avec son lesbianisme. Ils la voulaient simple et naturelle, loin des stéréotypes. Plusieurs femmes m’ont d’ailleurs dit être heureuses de voir à la télévision une lesbienne aux cheveux longs, féminine, qui recherche une vie stable. Avec l’équipe de réalisation et les auteurs, on trouvait intéressant de ne pas « jouer » le fait qu’elle est lesbienne, ni dans la démarche, ni dans le look. C’est sûr qu’elle n’est pas complètement dans la dentelle, mais on tenait à éviter les clichés. »

Même si elle n’a pas hésité avant de jouer une lesbienne, Renaud admet avoir été quelque peu stressée avant de tourner les scènes d’intimité physique. « J’ai la chance d’avoir une partenaire de jeu qui veut que ça marche autant que moi. On tient à ce qu’il n’y ait aucun doute qu’on se veut à mort. Sur le tournage, quand je devais lui prendre un sein pour indiquer qu’on allait faire l’amour, je me faisais coacher par les gars de la technique. Il n’y jamais eu de malaise. »

L’été prochain, Catherine Renaud retournera à Le Locle, près de Neuchâtel en Suisse romande, pour tourner la suite de L’Heure du Secret. « La première saison a été diffusée à l’été 2012. Ça raconte l’histoire d’une Québécoise qui hérite de l’horlogerie d’un vieil oncle en Suisse. Elle se rend là-bas pour tout vendre, mais en arrivant, elle a des visions de vrais meurtres. Étant donné qu’elle se trouve toujours près des lieux des évènements, elle est soupçonnée par la police et elle ne peut pas rentrer chez elle avant la fin de l’enquête. C’est un polar de sept épisodes. »

Une télésérie en Suisse et deux téléromans au Québec n’empêchent pourtant pas l’actrice de rêver à plus. « J’aimerais beaucoup toucher au cinéma et retourner au théâtre. Ça fait longtemps ! »

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Mémoires vives Voyez les images