NOUVELLES
26/02/2013 12:05 EST | Actualisé 28/04/2013 05:12 EDT

C.-B. : des soumissionnaires accusent le ministre du Travail de les avoir bernés

Le gouvernement libéral de la Colombie-Britannique et son ministre du Travail, Pat Bell, font l'objet d'allégations d'avoir promis d'influencer un processus indépendant d'appel d'offres en faveur de deux promoteurs ayant des liens au Parti libéral provincial, a révélé une enquête du réseau anglais de Radio-Canada.

Ces graves allégations concernent le projet Wood Innovation and Design Centre (centre de design et d'innovation dans le bois) à Prince George, un projet de 25 millions de dollars qui ferait la promotion de l'usage du bois dans la construction de hauts édifices. Le projet annoncé dans le discours du Trône de 2009 inclurait une variété de locataires publics et privés, dont des salles de classe de l'Université du nord de la Colombie-Britannique.

Selon la réglementation, les contrats gouvernementaux doivent être accordés sans ingérence politique, mais dans une plainte écrite déposée en novembre dernier, deux hommes d'affaires de Prince George parlent de « bris de protocoles », de « promesses brisées » et de « fausse représentation » par le ministre Bell et le gouvernement. La plainte provient de Dan McLaren et Brian Fehr et a été soumise à Jane Shackell, l'avocate responsable de superviser l'équité du processus d'appel d'offres.

« Dupés » pour accepter une transaction

Les deux hommes allèguent qu'en mai 2012, des représentants gouvernementaux les ont rencontrés et leur ont assuré qu'ils seraient sur la liste des candidats retenus en sélection finale pour le projet, si le terrain nécessaire était acheté hâtivement. Des documents montrent que M. Fehr a acheté le terrain, mais au bout du compte, aucune des entreprises de M. Fehr ou de M. McLaren ne s'est retrouvée sur la liste restreinte. Trois entreprises y sont parvenues, mais la gagnante n'a pas encore été nommée.

 M. McLaren affirme dans la plainte que la faillite le guette à cause de la transaction immobilière, à moins qu'il ne fasse un paiement de 1,5 million de dollars.

Interrogé par CBC, le ministre Bell a insisté pour dire qu'il était « très à l'aise » avec la façon dont le processus s'était déroulé et que celui-ci avait été fait correctement. Il a aussi ajouté qu'il n'avait jamais été en position d'offrir d'entente, comme l'allègue la plainte, car il n'a pas siégé au comité responsable du projet et n'avait aucune autorité sur celui-ci. Le ministre admet que Jane Shackell lui a posé des questions à propos de la plainte.

Un rapport de l'avocate a quant à lui conclu que le processus avait été mené de façon équitable, mais a souligné que des préoccupations soulevées par MM. Fehr et McLaren ne rentraient pas dans son mandat d'enquête, ce qui signifie que rien n'a permis de conclure à une violation des règles d'appel d'offres.

Des documents d'Elections BC montrent que M. Fehr et son entreprise ont donné 123 000$ aux libéraux provinciaux depuis 2006. Ils montrent aussi que M McLaren a donné plus de 2 100$ aux libéraux au cours des huit dernières années.