NOUVELLES
25/02/2013 09:46 EST | Actualisé 27/04/2013 05:12 EDT

Une étude confirme les bienfaits pour le coeur du régime méditérranéen

NEW YORK, États-Unis - Une des plus importantes études scientifiques jamais réalisées sur le sujet confirme les bienfaits pour la santé du régime méditérranéen, surtout en ce qui concerne la prévention des maladies cardiovasculaires chez les personnes âgées à risque d'en souffrir.

L'étude a été réalisée pendant cinq ans auprès de 7500 participants en Espagne. Elle en vient à la conclusion qu'un régime méditérranéen riche en huile d'olives et en noix réduit de 30 pour cent les risques d'un problème cardiovasculaire grave.

Le régime méditérranéen est composé de grandes quantités de fruits, de poisson, de poulet, de fèves, de sauce tomate, de salade et de vin, mais de faibles quantités de produits de boulangerie-pâtisserie.

Cette étude, dont les conclusions sont publiées lundi en ligne par le prestigieux New England Journal of Medicine, est considérée plus robuste que les précédentes, puisque l'alimentation des participants a été soigneusement encadrée et vérifiée.

Les participants étaient âgés de 55 à 80 ans, dont un peu plus de la moitié étaient des femmes. Aucun sujet ne souffrait d'une maladie cardiovasculaire au début de l'étude, mais tous présentaient un risque élevé en raison de problèmes de santé comme le diabète, l'hypercholestérolémie et l'embonpoint.

Ils ont été divisés en trois groupes: deux respectaient un régime méditérranéen auquel on ajoutait de l'huile d'olive (4 cuillères à soupe par jour) ou une poignée de noix de Grenoble, de noisettes et d'amandes, et le troisième un régime pauvre en graisses, riche en pain, en pommes de terre, en pâtes, en riz, en fruits, en légumes et en poisson mais pauvre en produits de boulangerie-pâtisserie, en noix, en huiles et en viande rouge.

Des experts indépendants ont mis fin à l'étude après cinq ans quand ils ont constaté moins de problèmes parmi les deux groupes assignés à un régime méditérranéen. Les médecins ont recensé 96 crises cardiaques, accidents vasculaires cérébraux (ACV) et autres décès attribuables à des problèmes cardiaques dans le groupe «huile d'olive», 83 dans le groupe «noix» et 109 dans le groupe «faible gras».

Examinés individuellement, les ACV sont le seul problème pour lequel le régime méditérranéen a eu un impact important. L'alimentation n'a pas eu d'effet sur le taux de mortalité en général.

Plusieurs des auteurs de l'étude ont des liens étroits avec des groupes représentant l'industrie du vin, des noix et autres, mais ils affirment que leurs commanditaires n'ont eu aucune influence sur la conception de l'étude ou l'analyse de ses résultats.