NOUVELLES
25/02/2013 05:42 EST | Actualisé 27/04/2013 05:12 EDT

Tirs sur Alep: Damas dément avoir eu recours à des missiles Scud

Le régime syrien a démenti lundi avoir eu recours à des missiles Scud contre des villes, dont Alep (nord), où près de 60 personnes ont péri dans des tirs il y a trois jours selon des militants.

Le ministre syrien de l'Information Omrane al-Zohbi a "nié l'utilisation par les forces syriennes de missiles Scud dans les combats avec l'opposition armée", dans une interview avec l'antenne en langue arabe de la chaîne publique russe Russia Today.

Des opposants et des militants syriens avaient soutenu que l'armée a tiré, à partir d'une base dans la région de Damas, des missiles Scud vendredi sur un quartier de la ville d'Alep, faisant 58 morts dont 36 enfants selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). L'information n'a pas pu être vérifiée de manière indépendante. L'OSDH avait fait état de missiles sol-sol.

Les Etats-Unis ont fermement condamné samedi les tirs de missiles, les qualifiant de "dernières démonstrations de la cruauté du régime syrien".

Par ailleurs, M. Zohbi a nié que des éléments des Gardiens de la révolution iraniens ou des combattants du Hezbollah libanais allié de Damas participaient aux combats auprès de l'armée syrienne.

"Il n'y a pas un seul élément iranien, ni des Gardiens de la révolution ni d'ailleurs qui soit sur le terrain ou qui intervient directement dans la mission des forces armées syriennes", a-t-il indiqué dans autre interview à la chaîne iranienne en arabe Al-Alam.

"Il s'agit d'une tentative de porter atteinte à l'Etat syrien et à l'Iran", estimant qu'il était "difficile de saboter" les relations "historiques" entre Damas et Téhéran, principal soutien régional du régime de Damas dans le conflit qui ravage la Syrie depuis mars 2011.

"Une chose doit être claire, il n'y absolument aucun combattant du Hezbollah en Syrie", a-t-il par ailleurs précisé. "Il s'agit de pures duperies, l'armée arabe syrienne n'a absolument pas besoin de ce genre d'aide, ni de combattants ni d'armes".

"Ils veulent ainsi justifier l'intervention de combattants terroristes venant de nombreux pays (en Syrie)", a ajouté le ministre, en référence aux combattants étrangers qui participent aux combats.

L'opposition syrienne accuse le Hezbollah au Liban d'envoyer des combattants en Syrie et de tirer depuis le Liban voisin sur des localités rebelles en Syrie.

rm/ram/hj