POLITIQUE
25/02/2013 05:15 EST | Actualisé 25/02/2013 05:24 EST

Sommet sur l'enseignement supérieur: Lise Bissonnette à la tête du chantier sur la gouvernance?

Presse canadienne

L'ex-directrice du journal Le Devoir, Lise Bissonnette pourrait prendre la tête du chantier sur la gouvernance des universités, annoncé lundi au Sommet de l'enseignement supérieur.

C'est du moins ce que rapportent les sites Web de Radio-Canada et du journal Le Devoir, citant des sources. Le gouvernement Marois et Lise Bissonnette ont refusé de confirmer ou de commenter la rumeur.

Radio-Canada ajoute que John Porter, ex-directeur du Musée national des beaux-arts du Québec , coprésidera l'organisme.

Ce chantier devrait notamment mener à la création du Conseil national des universités (CNU), qui visera entre autres à encadrer le développement des universités, de même qu'à améliorer la transparence des institutions d'enseignement supérieur.

Le chantier sur la gouvernance devrait débuter dès le mois de mars 2013. Un projet de loi devrait ensuite être déposé à l'Assemblée nationale à l'automne prochain.

L'opposition peu impressionnée

Le leader de la CAQ François Legault doute de l'intérêt de créer un CNU. «Pensez-vous que c'est une priorité au Québec d'avoir un Conseil national des universités», a-t-il lancé lors d'un point de presse impromptu. Il a dit préférer les contrats de performance, une idée qu'il avait proposée en l'an 2000 alors qu'il était ministre de l'Éducation au sein d'un gouvernement péquiste. «Là, on est vraiment dans la structurite», a-t-il dénoncé.

François Legault plaide depuis le début du Sommet pour un réinvestissement afin d'améliorer «l'excellence de nos universités».

Le chef de la CAQ jugeait en fin d'après-midi lundi que le Sommet «est une perte de temps pour l'instant». «Aucune décision jusqu'à présent ne vise à améliorer le sort des universités», estime-t-il.

Pour sa part, le chef par intérim du PLQ, Jean-Marc Fournier, estimait lundi après-midi que «le Sommet a été reporté». «Jusqu'à maintenant, aucune décision n'a été prise, dit-il, à part de ne prendre aucune décision.»

Jean-Marc Fournier a sévèrement critiqué l'approche du gouvernement Marois qui a annoncé la création de nombreux chantiers qui seront mis en branle à la suite du Sommet. «C'est une fuite en avant», dit-il. Le chef par intérim aurait préféré des annonces concrètes au cours de l'événement.

Jean-Marc Fournier ne s'oppose pas à la création d'un CNU, «mais qu'est-ce qu'il y aura dedans», demande-t-il.

Au sujet de la nomination possible de Lise Bissonnette à la tête du chantier sur la gouvernance, la députée de Québec solidaire Françoise David a affirmé: «Mme Bisonnette est une femme qui a l'éducation à coeur, en plus d'être une femme extrêmement compétente». Si la nouvelle se confirme, Françoise David a affirmé qu'elle ne pourrait que s'en réjouir.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le Sommet sur l'enseignement supérieur en photos
Sommet sur l'éducation