POLITIQUE
25/02/2013 08:01 EST | Actualisé 27/04/2013 05:12 EDT

Sommet sur l'enseignement supérieur: manif et vandalisme

Une vingtaine de manifestants ont marché en silence sur la rue Notre-Dame aux abords de l'Arsenal, là où s'amorcera le Sommet sur l'enseignement supérieur ce matin.

La poignée de manifestants, dont certains étaient masqués, portaient une banderole où l'on pouvait lire « Grève mondiale contre les mesures d'austérité ». Ils étaient encadrés par des policiers à vélo.

Les manifestants se sont dispersés pour circuler en petits groupes au centre-ville.

Le site du sommet est délimité par des clôtures amovibles. Quelques dizaines de policiers, divisés en petits groupes, surveillent la scène en retrait depuis l'enceinte délimitée de l'Arsenal.

Les policiers sont omniprésents dans le quartier Grffintown où se tient le sommet. Des policiers patrouillent à pied afin d'éviter les débordements. Des débordements qui ne devraient pas avoir lieu, selon le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne. « Nous ne nous sommes pas lancés dans une confrontation et nous ne sommes pas au coeur d'une crise, explique M. Duchesne. Il y en a eu une, l'année dernière une crise. On n'est pas dans une crise actuellement. On a réussi à désamorcer ce rapport-là. »

Vandalisme nocturne

Par ailleurs, l'immeuble abritant les bureaux du ministère de l'Éducation à Montréal, au 600 rue Fullum, a été la cible de vandales cette nuit.

L'édifice a été barbouillé avec de la peinture rouge. Des murs et des vitres ont été souillés. Ce sont des policiers en patrouille qui ont découvert les actes de vandalisme.

Personne n'a été arrêté. Il n'y a pour le moment aucun suspect.

L'immeuble situé au 400 boulevard Saint-Martin Ouest, à Laval, a également été vandalisé. L'immeuble abrite notamment les bureaux du député, et ancien président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Léo Bureau-Blouin.

INOLTRE SU HUFFPOST