NOUVELLES
25/02/2013 03:03 EST | Actualisé 27/04/2013 05:12 EDT

L'ONU veut une enquête sur la mort d'un Palestinien en prison en Israël

L'ONU a demandé lundi une enquête indépendante sur la mort d'un Palestinien dans une prison israélienne, et a mis en garde contre de nouvelles flambées de violence dans les territoires occupés après des tensions ces derniers jours.

Le coordinateur des Nations unies pour le Moyen-Orient, Robert Serry, a demandé cette enquête impartiale après s'être entretenu avec le Premier ministre palestinien Salam Fayyad de la mort d'Arafat Jaradat, un militant du Fatah mort samedi dans une prison israélienne. Son décès, selon l'Autorité palestinienne, est dû à des "tortures".

M. Serry a souligné que des experts israéliens et palestiniens avaient pu examiner le corps de la victime au cours d'une autopsie commune.

"Les Nations unies attendent que l'autopsie soit suivie d'une enquête indépendante et transparente sur les circonstances de la mort de M. Jaradat, dont les résultats seront rendus publics aussi vite que possible", a déclaré Robert Serry.

Les autorités pénitentiaires israéliennes ont indiqué que M. Jaradat semblait mort d'une crise cardiaque.

Mais le ministre palestinien en charge des Prisons, Issa Qaraqqa, citant les résultats préliminaires d'une autopsie commune, a rapporté des traces de coups sur le corps de la victime, des côtes cassées ainsi que des lésions musculaires.

Des milliers de personnes ont assisté aux obsèques d'Arafat Jaradat lundi dans une ambiance tendue. Des militants ont crié vengeance et, selon M. Serry, "ces tensions croissantes présentent un vrai risque de déstabilisation".

La semaine passée, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait fait part de son inquiétude concernant les grèves de la faim de prisonniers palestiniens retenus dans les cellules israéliennes. Il avait demandé à ce que les droits des détenus palestiniens soient pleinement respectés.

Les Etats-Unis ont eux aussi appelé au calme: "Nous voulons envoyer ici un message très clair aux deux parties, que nous appelons à la retenue", a déclaré devant la presse à Washington un porte-parole du département d'Etat, Patrick Ventrell.

"Nous comprenons que le gouvernement israélien étudie attentivement les circonstances de la mort de M. Jaradat. Nous espérons que toutes les parties vont examiner les résultats de l'autopsie calmement et sans faire de déclarations incendiaires", a-t-il ajouté en appelant à une désescalade dans les tensions.

tw-jkb/bdx/are