NOUVELLES
25/02/2013 08:36 EST | Actualisé 27/04/2013 05:12 EDT

Funérailles sous haute tension d'un Palestinien décédé en prison

Plusieurs milliers de Palestiniens ont assisté lundi dans une atmosphère tendue aux funérailles d'un militant du Fatah, mort samedi dans une prison israélienne et dont le décès, selon l'Autorité palestinienne, est dû à des "tortures".

Au cours des obsèques, qui se sont déroulées sans incident majeur, la branche armée du mouvement nationaliste Fatah a promis de venger la mort du détenu.

"Ce crime horrible ne restera pas impuni et nous promettons à l'occupant sioniste de riposter", a indiqué un communiqué des Brigades des Martyrs Al-Aqsa distribué lors de l'enterrement d'Arafat Jaradat, 30 ans, dans son village de Sa'ir, près d'Hébron (sud de la Cisjordanie).

Des combattants armés et masqués de l'aile militaire du Fatah surveillaient les obsèques des toits environnants, a constaté l'AFP, une scène rarement vue en Cisjordanie ces dernières années, réminiscence des années de l'Intifada (soulèvement).

Le groupe armé a affirmé que Jaradat était l'un de ses activistes. "Les Brigades Al-Aqsa pleurent avec fierté leur héros, martyr de la liberté, le prisonnier Arafat Jaradat", a-t-il indiqué.

Dimanche, l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas a accusé Israël d'avoir torturé à mort ce détenu, un décès qui a déclenché de nouvelles violences en Cisjordanie occupée.

Des heurts ont à nouveau éclaté lundi en début d'après-midi devant la prison militaire d'Ofer, près de Ramallah (Cisjordanie), où sont détenus plusieurs centaines de Palestiniens.

Quelque 500 jeunes s'affrontaient avec des soldats israéliens qui ont riposté avec des tirs à balle réelle, a rapporté un journaliste de l'AFP. Sept Palestiniens ont été légèrement blessés, selon des sources médicales palestiniennes.

Le président Abbas a accusé lundi Israël de vouloir "créer le chaos" dans les Territoires, en réponse à l'injonction du gouvernement israélien de ramener le calme en Cisjordanie, agitée depuis plusieurs jours par des manifestations de solidarité avec les détenus palestiniens en Israël.

"Nous voulons la paix et la liberté pour nos prisonniers et nous ne nous laisserons pas entraîner dans leurs manoeuvres (des Israéliens, ndlr) malgré leurs tentatives", a ajouté M. Abbas, lors d'un discours à Ramallah.

"Nous avons perdu Arafat Jaradat qui a été arrêté et est revenu dans un cercueil. On ne peut pas traiter cela à la légère", a estimé M. Abbas.

Selon le ministre palestinien des Prisonniers, Issa Qaraqaë, citant le médecin-légiste palestinien qui a participé à l'autopsie, le jeune homme est mort en raison de "tortures".

Les résultats préliminaires de l'autopsie "prouvent qu'Israël l'a assassiné", a déclaré M. Qaraqaë. Le ministre a divulgué des détails de l'expertise, mentionnant des blessures et des contusions sur le dos et à la poitrine, des traces de torture sur le haut de l'épaule gauche ainsi que deux côtes cassées.

De son côté, le ministère israélien de la Santé a estimé que les premières constatations n'étaient "pas suffisantes" pour déterminer la cause de la mort.

Les autorités israéliennes ont indiqué qu'une crise cardiaque était "probablement" à l'origine du décès.

Selon le Shin Beth, le service de la sécurité intérieure israélien, qui l'interrogeait pendant sa détention, le Palestinien a été "victime d'un malaise" samedi après le déjeuner dans la prison de Megiddo (nord d'Israël).

Face à la montée de la tension, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exigé de l'Autorité palestinienne qu'elle maintienne le calme en Cisjordanie, illustrant la crainte d'Israël de voir la situation hors de contrôle.

M. Netanyahu a eu lundi matin "des consultations sur la sécurité à la suite des événements en Judée et Samarie" (noms bibliques que les Israéliens appliquent à la Cisjordanie: ndlr)", a précisé un communiqué de son bureau.

Il a également rencontré l'envoyé spécial du Quartette pour le Proche-Orient Tony Blair.

bur-agr/vl