NOUVELLES
25/02/2013 12:28 EST | Actualisé 27/04/2013 05:12 EDT

Avec Arrow 3, Israël franchit une nouvelle étape dans sa défense antimissile

Israël a franchi lundi une nouvelle étape dans son plan de défense globale contre les tirs de missiles balistiques et de roquettes, en procédant avec succès, selon le ministère de la Défense, au premier test en vol du système Arrow 3 mis au point avec les Etats-Unis.

"Il s'agit du premier test en vol de l'intercepteur Arrow 3 qui a été effectué à partir d'un centre d'essai israélien au-dessus de la mer Méditerranée", a souligné le ministère dans un communiqué.

"Ce test en vol a été réalisé conjointement par des experts des agences antimissile d'Israël et des Etats-Unis", a-t-il ajouté.

Un spécialiste du ministère de la Défense a précisé à l'AFP que le missile anti-missile utilisé par le système Arrow 3 lors du test avait, pour la première fois, atteint une altitude "extra-atmosphérique".

"Cette capacité devrait permettre, lorsque la phase de développement sera achevée, de procéder à des interceptions dans l'espace, ce qui réduira les risques de retombées sur le sol israélien de fragments d'armes conventionnelles ou non conventionnelles équipant les missiles ennemis", a ajouté ce spécialiste sous couvert de l'anonymat.

La radio publique a précisé que le missile utilisé avait atteint une vitesse supersonique sur une trajectoire de 100 km pendant un test qui a duré six minutes et au cours duquel l'engin s'est livré à "différentes manoeuvres".

Arrow 3 est une des quatre composantes du projet "Homa" ("muraille" en hébreu) qui vise à protéger Israël des attaques de missiles et roquettes.

Deux de ces systèmes sont opérationnels: les batteries d'interception de roquettes à courte portée Iron Dome ainsi qu'Arrow 2, conçu pour détruire en vol des missiles entrant dans l'atmosphère.

Deux autres programmes sont en cours de développement: le système d'interception David's Sling ("Fronde de David") pour des engins à moyenne portée (50 à 250 km), qui a commencé à être testé avec succès en novembre dernier, et Arrow 3.

Selon Yaïr Ramati, le chef du projet "Homa", Arrow 3 pourra, lorsqu'il sera opérationnel, "intercepter des missiles dotés notamment d'armes nucléaires".

"Il va plus loin, plus vite et frappe plus fort. Il pourra intercepter n'importe quelle tête de missiles. Son champ d'action se trouve dans l'espace", a expliqué à la radio ce haut technicien.

"Nous allons procéder à un autre test en vol, puis nous passerons à la phase d'interception avec une cible, avant d'en venir au stade de la production", a poursuivi Yaïr Ramati, sans préciser quand Arrow 3 deviendrait opérationnel.

Le système Arrow ("Hetz" en hébreu) comporte un radar qui détecte les missiles et transfère ses informations à un centre de contrôle, lequel déclenche le lancement d'un missile après avoir analysé et calculé la trajectoire du missile balistique à intercepter.

Il est en partie financé par les Etats-Unis, avec notamment une participation de l'avionneur Boeing.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'est félicité dans un communiqué du "succès du test du missile Arrow 3 qui traduit les grandes capacités technologiques de l'Etat d'Israël et de ses industries de défense".

Un responsable israélien avait auparavant indiqué, sous couvert de l'anonymat, que le test de lundi n'était pas lié aux tensions grandissantes dans la région.

"L'essai n'a rien à voir avec l'environnement politique actuel entre Israël et d'autres pays", a-t-il assuré.

Israël accuse l'Iran de vouloir se doter de l'arme atomique et craint qu'il équipe ses missiles balistiques de têtes nucléaires, ce que dément Téhéran.

Le lancement du projet Arrow remonte à 1988, dans le cadre du programme antibalistique américain connu sous le nom de "Star Wars". Il a été accéléré après le bombardement du territoire israélien par des missiles Scud irakiens durant la première guerre du Golfe en 1991.

scw-jlr/agr/cco