NOUVELLES
25/02/2013 10:42 EST | Actualisé 27/04/2013 05:12 EDT

Les anglophones plutôt satisfaits de l'apprentissage du français de leurs enfants

radio-canada.ca

Les anglophones sont généralement satisfaits de la qualité du français enseigné à leurs enfants à l'école anglaise, selon un sondage EKOS Research commandé par le réseau anglais de Radio-Canada.

Six répondants sur dix (60 %) estiment que les écoles anglaises du Québec fournissent à leurs enfants une formation suffisante en langue française. Les personnes qui ont de 45 à 54 ans - c'est-à-dire celles qui sont les plus susceptibles d'avoir des enfants scolarisés - partagent ce sentiment à 70 %.

Les écoles anglaises du Québec offrent suffisamment de cours de français pour permettre aux anglophones de vivre et de travailler au Québec


Les répondants sont toutefois divisés quant au choix d'une école française pour leur enfant : 39 % pensent que les écoles françaises sont le meilleur endroit pour l'instruction de leurs enfants, contre 45 % qui n'y croient pas.

Je pense que l'école française est le meilleur endroit pour préparer les enfants à vivre et à travailler au Québec


Par ailleurs, près de la moitié des répondants (45 %) pensent que leurs enfants ont une meilleure maîtrise du français qu'eux-mêmes. La tendance est plus prononcée (60 %) chez les 45 ans et plus. À noter : près du quart des sondés ont préféré ne pas répondre à cette question.

Mes enfants maîtrisent mieux le français que moi

Le français à l'école anglaise

La Commission scolaire English-Montréal propose trois modèles d'enseignement du français au primaire : le modèle de base, le modèle bilingue (50 % en français et 50 % en anglais) et le modèle d'immersion française.
Au niveau secondaire, différents programmes de français sont proposés. En première, deuxième et troisième années du secondaire, il existe des programmes pour lesquels le temps d'enseignement en français varie entre 38 % et 73 %.


Lire aussi:
Les anglophones se méfient du PQ, selon un sondage
La majorité des anglophones croient pouvoir réussir au Québec