NOUVELLES
24/02/2013 10:43 EST | Actualisé 26/04/2013 05:12 EDT

Premier vote mardi au Sénat américain sur la nomination de Lew au Trésor

La commission des Finances du Sénat américain a annoncé dimanche qu'elle voterait mardi sur la nomination de Jack Lew par Barack Obama pour diriger le Trésor, un poste crucial du gouvernement mais vacant depuis fin janvier.

Désigné le 10 janvier par le président pour remplacer Timothy Geithner, qui a déjà quitté le gouvernement, Jacob "Jack" Lew était le secrétaire général de la Maison Blanche et il a activement participé aux négociations budgétaires de l'été 2011 qui avaient abouti à la création des coupes automatiques de 2013.

Ces coupes doivent affecter tous les ministères à partir de vendredi, à moins d'un accord de remplacement de dernière minute entre démocrates et républicains.

La Maison Blanche a averti que cette réduction générale des dépenses mettrait des centaines de milliers de personnes au chômage partiel, y compris dans des secteurs cruciaux comme l'administration des transports et l'éducation.

La commission des Finances, à majorité démocrate, devrait à moins d'un coup de théâtre approuver la nomination de Jack Lew. L'ensemble du Sénat, lui aussi à majorité démocrate mais où les républicains disposent d'une minorité de blocage, devra ensuite se prononcer, à une date qui n'a pas encore été annoncée, pour le confirmer dans ses fonctions.

Un influent républicain, Richard Shelby, a récemment indiqué à un journal de l'Alabama, le Decatur Daily, qu'il voterait pour Jack Lew, signal que d'autres républicains pourraient également le soutenir.

Mais un autre sénateur républicain, Charles Grassley, a menacé de bloquer la procédure de confirmation car il estime que Jack Lew n'a pas donné assez de détails sur les conditions d'un emprunt reçu de l'Université de New York après avoir rejoint sa direction en 2002. En cas d'obstruction, les 55 démocrates devraient alors rassembler une supermajorité de 60 sièges sur 100 pour confirmer Jack Lew dans ses fonctions.

Durant son audition parlementaire, le 13 février, Jack Lew avait aussi été mis en cause pour ses activités passées au sein de la banque Citigroup, où entre 2007 et 2009 il a notamment dirigé un fonds spéculatif et investi dans un fonds réservé aux salariés, basé aux Iles Caïmans. Il a dit qu'il ignorait alors que ce fonds était immatriculé dans ce paradis fiscal notoire et a indiqué avoir mis fin à cet investissement en toute transparence en 2010.

ico/bdx