NOUVELLES
24/02/2013 11:50 EST | Actualisé 26/04/2013 05:12 EDT

Oscar: l'hôte Seth MacFarlane fait grincer des dents pour sa 1ère animation

LOS ANGELES, États-Unis - Sous ses airs de faux jeune premier, l'hôte de la 85e cérémonie des Oscar Seth MacFarlane n'a pas mis de temps avant de faire sourciller le gratin du cinéma américain.

Le créateur de l'émission télévisée «Family Guy» et du film «Ted», qui en était à sa première animation aux Oscar, a semblé inconfortable pendant les premières minutes de la cérémonie. MacFarlane, malgré ses manières polissonnes et son look de bon garçon, n'a pas hésité à faire des gags sur la violence conjugale et les poitrines nues des actrices.

MacFarlane a par la suite qualifié le dernier film de Quentin Tarantino, «Django Unchained», d'histoire d'un homme qui se bat pour ravoir sa femme, qui a été la cible d'une violence insensée. En d'autres mots, a-t-il poursuivi, un film à voir en couple pour Chris Brown et Rihanna. Le chanteur pop avait levé la main sur sa copine il y a quatre ans, et les deux se sont remis en couple depuis.

L'animateur a paru plus à l'aise une fois son numéro d'ouverture terminé. Il avait, pour l'occasion, fait appel à William Shatner, icône de Star Trek et natif de Montréal, dans un sketch où il devait tenter de sauver MacFarlane de lui-même. L'hôte s'est ensuite lancé dans un numéro hautement technique de danse et de chant mettant en vedette plusieurs célébrités.

Il a déridé la foule avec une série de bonnes blagues sur la jeune actrice de 9 ans, Quvenzhane Wallis, nommée dans la catégorie de la meilleure actrice pour sa performance dans «Beasts of the Southern Wild». George Clooney, tombeur de ces dames, a esquissé un sourire lorsque MacFarlane lui a lancé que la jeune actrice pourrait bien être l'une de ses prochaines conquêtes.

L'ours du film «Ted» a même risqué quelques blagues sur les Juifs lors d'une présentation de catégorie avec l'acteur Mark Wahlberg, principale tête d'affiche du film du même nom. L'ours s'est déclaré juif, affirmant qu'il croyait que c'était un critère de sélection pour faire partie de l'industrie du cinéma.